Domaines

Sur quoi je cherche ?

Pour moi, la première expérience de la réflexivité fut celle des vides. Plus je voyais défiler la recherche, plus je me sentais confrontée à des zones d’ombre ; pas du néant, du trou noir ou de l’innommable, mais des parts troubles, imprécises. J’ai traversé des régions aisément identifiables par leurs traits de caractère conceptuels et leurs prédilections pour tel ou tel environnement : la géographie urbaine, on la reconnaît ainsi parce qu’on en utilise les outils et qu’on en investit les espaces a priori. Idem pour le champ de recherche sur les migrations, dont j’empruntais sans discuter tout le vocabulaire jusqu’au style de la démonstration. Dans d’autres, j’ai eu l’impression de devoir tout organiser ex nihilo ou, s’il avait déjà pris forme, qu’une telle structure n’était pas adaptée à ce qui se passait effectivement dans ma démarche. Pour tout un tas de raisons, je ne suis pas arrivée à disposer les choses de manière assez satisfaisante, si bien que mon seul travail de recherche, mon mémoire de M1, croise plus qu’il n’invente, et sans certitude que les entités qu’il emmêle feront bon ménage. Certaines, même, n’existent pas. Aussi, la multitude de champs comporte une part, non négligeable, de virtualité. La faute d’un travail de problématisation délibérément réalisé au cours et non en amont, emporté par la curiosité et l’exigence d’un jeune chercheur soucieux de ne pas se ranger trop proprement.

La liste des mots-clés du mémoire permet moins de l’identifier que de reconnaître la translation qu’il a connu dans le temps de sa réalisation. Cloisonnement apparent des champs oblige, on peut avoir l’impression de ne pouvoir associer tous ceux qui nous intéressent. C’est pourtant ce qui se passe, et qui effraie. Il est important, en revanche, de bien différencier la juxtaposition (qui peut se présenter dans le texte de restitution comme une succession de points de vue) et l’association (souvent esthétique et/ou scolaire) et du syncrétisme critique, qui s’opère à travers deux démarches, dia- ou synchrones, de co-imprégnation des champs et de discrimination des éléments – les moins pertinents dans le cadre du propos singulier que l’on entend livrer – qui est condition même de l’invention. Ca, c’est une des prochaines étapes – car pour l’instant, je remarque dans mon mémoire une tapée de « sauts de lapin » qui correspondent à des changements de disposition du chercheur, entraînés par de nouvelles rencontres, de gens, de livres, de matériaux empiriques qui appelaient, pour être traités dans toute leur complexité, à mobiliser des cadres interprétatifs voire restitutifs autres. La cohérence ? Pas d’angoisse ? Elle se crée, à l’aide de rouages argumentatifs huilés. Mais la solidité d’une démarche et d’une proposition ne dépend pas que d’elle, dans la mesure où le discours le plus cohérent n’est pas nécessairement le plus efficace.

Mon premier mémoire doit être, si cela a du sens de le dire ainsi, le moment cohérent de mon parcours épistémique. Avec ses bons et ses mauvais côtés, donc. Les bons : mettre en valeur ce avec quoi je suis le plus à l’aise. Jongleries conceptuelles, funambulisme verbal, « festival rédactionnel ». La cohérence d’un discours, ce sont les liens qui tiennent ses éléments entre eux, et avec un peu d’audace, ou de vice, on arrive toujours à en trouver. Les mauvais : faire des éléments reliés des dispositifs argumentatifs plutôt que des preuves polyvalentes. Et retarder le moment où on va nous demander d’être efficace. A croire qu’en Master, on puisse encore se contenter d’être beau-parleur. Savons-nous alors à quoi nous nous exposons quand nous disons que nous sommes chercheurs, en acte ou en puissance ?

Villeveyrac, août 2016.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *