Le géographique, le spatial. Évidence, evidence ?

Le mémoire a pour fondement – je dirais même pour condition, car il n’aurait sans doute jamais existé si je n’avais pas donné la preuve, dans mon comportement et mes travaux antérieurs, ceux validant le passage en Master, de mon allégeance – un postulat : que toute réalité, quelle qu’elle soit, possède une dimension spatiale. On a été à bonne école : c’est à peu près en ces mots que Jacques Lévy formule l’une de ses premières « propositions axiomatiques » dans son travail de thèse1 , et qui fait légion depuis son inscription, en 2003, dans les pages du fameux Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés ((Jacques LEVY, Michel LUSSAULT (dir.), 2013, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Belin)) . Plus qu’un postulat, donc, c’est un axiome : un principe premier, dont l’irréfutabilité n’est pas dite mais dont on joue le jeu, dans un cadre précis (une discipline, une démonstration, un environnement social), de l’indiscutabilité. J’ai entendu une fois Michel Lussault dire que la différence majeure entre le journalisme et la science (il est sans doute essentiel qu’il l’argumente, lui, auteur d’essais, genre hybride, donc dérangeant, et pourtant chercheur tel que l’indique l’une de ses – nombreuses – fonctions) était que la seconde donne au lecteur les clés pour mettre en question sa démonstration, quand le premier les tairait. Le mémoire ne dissimule pas le processus selon lequel les données ont été produites et traitées : il en fait même un peu trop, ce qu’ont relevé les membres du jury au goût desquels « l’arrière-cuisine » était excessivement présente. On pourrait croire en rédigeant son mémoire, la présentation de la méthodologie en particulier, qu’on a tendu tous les bâtons pour se faire battre, alors qu’il en reste toujours un : l’axiome. Le dernier arbre est abattu : car le principe stipulant que « tout est spatial », qui rend la Géographie légitime sur tous les terrains, est en lui-même discutable.

A propos des principes premiers, Aristote disait qu’il « fallait [bien] s’[y] arrêter » (ananke stenai : ce doit être dans la Métaphysique) : remonter incessamment aux causes n’est évidemment pas bon, ni pour la démonstration, ni, et c’est presque paradoxal, pour l’activité scientifique qui, sans départ ni arrivée prédéfinies, ne doit être, je le reconnais, qu’une errance – agréable, peut-être, mais incapable d’atteindre quoi que ce soit simplement parce qu’il n’y a pas d’objectifs à atteindre. J’entends certains chercheurs railler à ce titre les épistémologues de leur discipline, dont l’orientation finale traduirait un échec à faire effectivement de la recherche dans cette discipline – c’est-à-dire à manier les concepts et, à partir d’eux, construire, inventer. Comment se construire une légitimité scientifique quand on n’est pas bon à cela ? Quand on est, pour la discipline dans laquelle on s’est formé, un « mauvais fruit » dont on ne fera rien ? En mettant des bâtons dans les roues aux plus prometteurs.

Je caricature, mais à peine : questionner un principe premier tel que la dimension spatiale des sociétés dans toutes ses composantes (acteurs, objets, environnement) et tous ses plis, n’apporte rien de bon à qui veut faire de la géographie aujourd’hui. Si tout est potentiellement géographique – c’est-à-dire peut faire l’objet d’une étude de géographie – alors la Géographie est en droit d’exister. Je l’ai déjà dit : si je ne m’étais pas montrée efficace pour manipuler l’entrée par l’espace avant dans mes études, jamais je n’aurais pu produire un mémoire en Géographie. Cette question-là est résolue. Celle du raccourci qu’on se plaît à faire, aujourd’hui, entre « espace » et « géographie », qui résulte directement de l’interprétation qu’ont notamment pu faire Lévy et Lussault de ce dont s’occupait et devait s’occuper la Géographie2, est à mon sens nettement plus gênante. Car aujourd’hui l’axiome, la consistance même du serment que peut prêter un jeune chercheur plutôt bon élève et soucieux de le rester, n’est plus seulement l’admission de la validité de l’entrée par l’espace – c’est en effet une entrée possible, qui s’appuie sur un concept dénotant un certain nombre de phénomènes que les sociétés reconnaissent comme parties de leur réalité. C’est plutôt de dire que le vocabulaire permettant de parler (de) l’espace est l’unique grammaire de la géographie – bref, qu’on peut mettre en relief la géographicité des choses en les décrivant avec ces mots-là. Et là il y a quelque chose de l’axiome qu’on peut (re)toucher : si l’entrée géographique est une condition sine qua non à la réalisation d’un travail de Géographie, le choix de l’espace est, quant à lui, une contingence dont la proposition ne sortira pas nécessairement gagnante.

« …l’hospitalité comme interaction sociale à la fois fondée sur l’espace (chorographique), productrice d’espace (chorogénétique) et fonctionnant avec l’espace – spatiale, et peut-être typique de la spatialité urbaine. » (p. 29)

L’espace est pour le géographe de l’ordre de l’habitude – habitude qui, je dirais, parasite tous les volets de sa sociabilité. Dans un mémoire, c’est la communication qui en est imprégnée : comme si, par passion ou pour prouver qu’on est géographe, il fallait toujours rappeler, à chaque phrase, pour tout objet qu’on mobilise, que oui, qu’on se rassure, il possède une dimension spatiale, parce que, parce que, parce que – et par trois arguments parfois franchement rhétoriques, voilà la géographicité de l’objet attestée. On voit l’espace là où on ne l’attendait pas. Le « tournant géographique » des sciences sociales ne serait-il que le produit de ces effets de surprise ?

To be continued.

Villeveyrac, août 2016.
Chambéry, février 2017.

  1. Jacques LEVY, 1994, L’espace légitime, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques []
  2. Cette idée est présente dès le précoce « Pour une géographie scientifique » (Jacques LEVY, 1975, EspacesTemps, 1). []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *