Sources des sources.

On la trouvera [la recherche] (…) très « Lévy-Lussault », aussi, la formation de géographe que j’ai reçue ayant été abreuvée de leurs références, de leurs notions, de leurs formulations. (p. 39)

Voilà un texte que j’ai longtemps attendu d’écrire et que j’ai autant attendu pour écrire. La question des références utilisées dans mon mémoire ne me semblait pas si vite soldée qu’il ne paraît à sa lecture. Il n’y a pourtant pas beaucoup de conclusions possibles : l’auteure est une obsessionnelle du Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des sociétés (( Jacques LEVY, Michel LUSSAULT dir., 2013, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Belin )) … Cela a été critiqué – inégalement selon les membres du jury – dès la soutenance et c’est peut-être ce sur quoi l’effort de réflexivité aurait dû porter en tout premier lieu, ne serait-ce que parce que la phase d’autocritique dans laquelle on attend dans ce cas que le fautif s’illustre semble un passage obligé.

La « visite » des bibliothèques s’est faite de manière totalement « sérendipitique », pour reprendre une expression déjà employée, c’est-à-dire sans requête, en se laissant aller à la découverte de l’offre : on a ainsi pu découvrir des ouvrages qui a priori n’entraient pas « dans les clous » que nous nous étions fixés, mais qui se sont avérés utiles, voire essentiels à l’élaboration du raisonnement. Ceci explique – sans l’excuser, sans doute – que la bibliographie consiste d’ouvrages et d’articles qu’il nous a fait plaisir de lire. (p. 39)

La question des références (bibliographiques, mais elles ne sont jamais des références qu’à des livres : toute bibliographie traduit un rapport multidimensionnel, dont le cognitif, mais dont aussi l’affectif, à des chercheurs et à ce qu’ils dégagent : des concepts, et, parfois, à ce à quoi ils donnent lieu : des théories, des écoles de pensée) est un prisme par lequel, quand je lis mon mémoire, je me rends compte de la longueur du chemin à parcourir et de la rapidité avec laquelle j’en ai parcouru une partie. C’est comme si on m’avait mis le feu et que je devais courir jusqu’au premier oasis pour stopper l’incendie. Quand à la lecture de mes écrits passés, dont mon mémoire, je me prends conscience de l’actualité de ma position, je me dis que c’est bon ; et puis je revois ce que j’ai fait pour atteindre et construire cette position, et je me dis que je n’aurais pas fait ça si je n’avais pas laissé la braise arder encore un peu.

Me frotter au « DLL » a réveillé en moi une véritable passion pour ce moment épistémologique (et social : les pratiques des hommes et des femmes de profession chercheur en plein dans ce « moment » sont, d’après moi, radicalement différentes de celles de ceux qui se situent ailleurs dans le champ de la discipline) de la Géographie. Tellement que je n’ai fini, la manière peu orthodoxe de constituer ma bibliographie me l’autorisant, que par lire que cela : du Lévy, du Lussault, du Lévy-Lussault. Monocorde, dira-t-on. Là encore, la mesure de la part « d’autorité » dans un argument est une question d’échelle : si on s’en tient à faire œuvre de bibliographie, alors oui, on peut dire que mon monde n’est fait que des figures exclusives de Jacques et de Michel, dont les noms constituent à eux seuls les trois quarts, et même plus, des points d’accès à la bibliographie. Si en revanche on réfléchit (pardon pour ce terme moralisateur dont la place ici procède d’un écho involontaire à la structure et aux sonorités de la phrase précédente : je n’ai pas trouvé d’équivalent dans le même registre) on dira, comme le moins critique – parce qu’un peu fasciné, lui aussi, par « l’univers cohérent » dans lequel invite le « DLL » – de mes jurés, que l’ouvrage étant collectif, les personnes auxquelles on se réfère sont plus nombreuses que ce que n’indique la bibliographie du mémoire, qui aurait dû par conséquent se référer aux articles plutôt qu’à l’ouvrage. Mais c’est là déplacer le problème, car si les noms des auteurs s’effaceraient, le nombre de récurrences du nom de l’ouvrage, lui, gonflerait anormalement.

Ce que la bibliographie traduit, c’est moins, je crois, une dépendance à certaines sources pour réaliser le projet que la « problématique » porte (l’encadré sur le « DLL » me semble le montrer, bien que l’exercice de distanciation que j’y pratique n’eût pas suffi à orienter la réception de mon jury, dont l’un des membres m’a soupçonnée de dévotion vis-à-vis de ce « diptyque sacré » (p. 40) dont j’affichais en plus la relique, à savoir la couverture du Dictionnaire), que le glissement le plus net de mes centres d’intérêt et, du coup, de l’orientation de ma recherche, dont mon mémoire porte un témoignage franc. Quelques mois plus tard je me demandais s’il ne serait pas mieux que j’entame un travail de recherche en épistémologie ou en sociologie des sciences sur le « moment spatial » de la Géographie. Pas possible, m’a-t-on répondu chez moi, et « pas cohérent » avec le projet pensé en Master 1 (1, 2). A quel point peut-on, au nom de la cohérence avec soi-même, laisser ces glissements se produire, quitte à remettre en question ce qu’on a pu dire par avant, par ailleurs ? Les références bougent avec le navire ; mais je crains que le navire ne bouge un peu trop vite pour le temps du mémoire, qui exige somme toute, et c’est bien paradoxal, un certain statisme intellectuel pour être « bien » réalisé.

J’espère avoir dépassé ce moment. Car c’est vrai qu’il est assez insupportable de lire son texte à voix haute et de n’entendre parler que quelques voix alors que d’autres sonneraient peut-être plus juste – plus juste envers le « terrain », dirait Bruno Latour1 . Veillons à ce que la référence ne devienne pas phare aveuglant… Mais si le remède à cela est toujours d’en rechercher les dysfonctionnements, de se livrer à une critique systématique, de caresser dans le sens du poil les amateurs des hiatus si présents en sciences humaines, alors il y a fort à parier que l’on se trouve paralysé. A l’heure bien longue des succès de l’analyse des controverses, la critique est parfois moins une procédure « d’hygiène »2 intellectuelle qu’une paresse.

Une autre question, plus immédiate celle-là, se pose néanmoins : comment élargir son cercle de références bibliographiques au-delà des quelques-unes qu’on a pu glaner au fil des cours, ça, on le sait. Comment déplacer le centre de gravité du cercle, en revanche, reste, à mon sens, un problème pour qui résonne, depuis le début de sa formation, qui s’inscrit elle-même dans un moment de la discipline d’enseignement principal (la major, pour le dire à l’Américaine), des mêmes noms, des mêmes formules, des mêmes concepts – et s’extasie, groupi(e) (le nom se masculinise-t-il ?), quand il/elle les rencontre enfin et que l’idée prend visage et corps, comme cela m’est arrivé le 11 mars de l’année dernière, en plein dans mon mémoire…

To be continued.

Villeveyrac, août 2016.
Chambéry, février 2017.

  1. Vu dans sa postface à L’effet Latour (Claire TOLLIS, Laurence CRETON-CAZANAVE, Benoît AUBLET (dir.), 2014, Glyphe. []
  2. Jacques LEVY, 2014, « Puissances de la dérivée », Géographies & Cultures, 89-90. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *