Ce n’est pas en jargonnant qu’on devient écrivain (scientifique).

Ville : géotype figuratif de l’urbain.

Cette définition lapidaire est extraite du lexique attaché au mémoire sous forme de « languette » latérale, lexique qui ne figure pas dans sa version numérique – il serait peut-être temps d’y remédier – et qui comporte, au dos, son résumé et ses mots-clés. Je proposais un certain nombre de « clés » pour comprendre l’usage que je faisais dans cet écrit précis de quelques termes dont le sens me semblait glissant, ou glissé par rapport à l’idée qu’un lecteur, géographe ou non, pourrait s’en faire spontanément. Je me suis efforcée de ne reprendre aucune définition de quelqu’un d’autre, pas même du « DLL » d’où je tirais pourtant une grande partie de la terminologie. Certes, pour la ville, cela m’évitait de mobiliser son obscure – et jouissive ! – définition comme « géotype de substance sociétale associé à la coprésence »1 qui laisserait pantois le plus chevronné des urbanistes. Je ne crois pas faire beaucoup mieux en revanche en proposant à la place ce petit « indice », qui ne bat guère la version lévisienne en matière d’accessibilité cognitive. Je dirais même qu’elle contribue, en s’y accrochant par leur terme commun « géotype », à sa complexification, dont elle n’avait sans doute pas besoin. Là gît, pour moi, l’une des plus grandes contradictions internes à mon mémoire, contradictions qu’illustre sa composition rhétorique : tantôt peut-on le lire comme une défense, devenue assez classique, de l’accessibilité des travaux de recherche, qui devraient être, pour parler en Barthes, a minima lisibles, et idéalement « scriptibles », c’est-à-dire ouverts à ce que le lecteur puisse le transcrire, dans sa mémoire et à voix haute, dans une langue qui soit sienne – bref, à ce qu’il se l’approprie (( Au sens de Ellard : « en inventant l’espace, nous nous le sommes appropriés », in Colin ELLARD, 2016 [2009], Vous êtes ici, Seuil )) . Tantôt le lecteur est-il urgé de cesser cette lecture, car au fil du mémoire les rugosités s’amoncellent au point de dépasser le seuil de tolérance relativement élevé des premiers des destinataires : les professeurs.

Je ne me rappelle pas avoir déterminé, même si j’en avais pressenti la nécessité, de public à qui m’adresser. Voilà sans doute l’origine de ces oscillations entre discours « aérien » et incursions terre-à-terre, car il paraît politiquement correct aujourd’hui d’afficher son souci de se faire comprendre. Y arriver n’est pas garanti pour autant, et je dirais même que faire en sorte d’y arriver est encore autre chose. La forme de mon mémoire est pétrie de ce souci – mais ce n’est là qu’un maigre moyen, impuissant face à tous ceux mis en œuvre pour que l’argumentation soit recevable comme « discours dont l’auteur doit être un chercheur. » Si encore le dilemme entre parler à la micro-société dépositaire du « capital scientifique » qui, à l’étudiant, revient sous forme de note et de diplôme, et parler publiquement, ne se présentait qu’aux quelques étudiants engagés dans un cursus nommé « recherche », cela irait encore ; mais l’échec, et c’est l’une des critiques majeures qu’on peut faire à la Géographie des « tournants », à convertir les paroles en actes, alors même que l’intention d’agir en ce sens est inscrite dans sa constitution, ramène à l’urgence du défi didactique.

Peut-être la « science des localisations » est-elle la seule à avoir rendu la Géographie accessible au public extérieur au champ de la discipline. Si l’on se plaint autant que l’espace, que les distances tiennent, dans la géographie scolaire en particulier, des positions si précaires, c’est peut-être parce que la « science de l’espace » n’a pas assez démontré sa volonté d’y descendre.

To be continued.

Villeveyrac, août 2016.
Chambéry, février 2017.

  1. Jacques LEVY, « Ville », in Dictionnaire…, op.cit. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *