Cohérence (n.f.)

« Cohérence » : je connais un géographe – mon directeur – dont c’est le mot favori. A moi aussi il a fini par me plaire, surtout depuis que la définition proposée dans le « DLL » m’en a donnée une meilleure idée. L’adage de mon directeur n’en est pas loin : « dire ce qu’on fait, faire ce qu’on dit ». Bref, optimiser la tension propre à un discours entre la promesse et la performance.

Plus qu’un horizon, c’est une des pierres angulaires du discours scientifique – dans le « DLL », c’est même l’un des trois critères d’évaluation de la qualité scientifique d’un discours, avec la pertinence et l’accessibilité cognitive, qui nécessitent, contrairement à la cohérence dont l’évaluation se pratique « en interne », de faire appel à un référentiel extérieur au discours. Il me semble pourtant facile, même pour le plus aguerri des tireurs, de manquer la cible. Que dire d’un étudiant ?

Je ne dirais pas que mon mémoire n’est pas cohérent. Je dirais qu’il fait le maximum pour tenir les choses ensemble. Tant pis si on tape allègrement dans la rhétorique : une nécessité interne se construit pour qu’elle se perçoive, et pas l’inverse.

Sans verser dans un géographisme de base, je voudrais partager mon sentiment que la cohérence a des échelles, qui, comme les autres échelles, ont un centre de gravité, et que ce centre, c’est son épithète. Prenons l’échelle nationale : elle indique que le champ de vision s’ajuste aux limites topographiques d’un Etat déterminé. Voilà ce que veut dire, en général, étudier un phénomène à l’échelle nationale. Pas d’étudier la manière dont il apparaît (phénoménogénèse ?) à chacune des nations, non, mais de l’étudier pour une d’elles – bref, de laisser tomber lourdement sa tête comme qui s’endort sur le point de la carte que le doigt pointe encore.

Ce que je veux dire par ce parallèle un peu tiré par les cheveux, c’est que si l’on place le centre de gravité du mémoire au niveau de sa « problématique », comme c’est d’usage, alors l’évaluation de son degré de cohérence dépendra de la mesure de l’écart – et quels écarts pardonnera-t-on ? – entre ce qu’on postule devoir être le « point de traction » du raisonnement et le discours que, dans ce cadre-là, le texte lui permet de devenir. La problématique dit ce que l’on va faire et fait, en même temps, ce que l’on va dire. Quoi de plus adapté pour évaluer la cohérence d’un discours dont c’est en plus, puisqu’il n’y en a pas d’autres qui ait été produit a priori par son jeune auteur, le seul point de repère ?

Si au contraire on active d’autres niveaux de compréhension scalaire de la la cohérence, quitte à attendre d’avoir matière à créer d’autres centres de gravité, ancres, points d’attache pour (sou)tenir l’évaluation, alors le jugement peut changer ; alors la structure des exercices académiques de recherche, leur structure interne et leur structuration entre elles, peut changer aussi, pour fonctionner autrement.

La cohérence ne peut jamais seulement être celle d’un projet.

To be continued.

Villeveyrac, août 2016.
Chambéry, février 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *