La question du « où », perdante du « tournant spatial » ?

            Dans mon mémoire, j’ai fait des cartes (p. 47-52) – des cartes à vocation modeste, la localisation (c’est drôle comme la formule m’est venue spontanément : la localisation, un savoir et un savoir-faire modestes), accompagnées d’un commentaire souvent critique de leur qualité et de leur utilité. L’une avait en outre pour titre ce qui était un véritable tacle à l’utilité de la spatialisation, présupposé sur lequel la carte, comme objet, comme outil et comme pilier de l’activité cartographique, est fondée. Il disait, de manière ironique, que tout dans la spatialité de l’accueil « officiel » tel qu’il se laissait représenter par un dispositif cartographique simple, laissait penser que l’espace ne comptait pas. Façon de dire, en des termes provocateurs, que la localisation des CADA importait peu, leur répartition « impeccable » empêchant de sélectionner, en vertu d’une réponse à la question élémentaire « où ? » – autant dire a priori, pour les tenants du « tournant géographique », expression pour dire, sans recourir à la traduction de la formule un peu antérieure de Soja « spatial turn » qui exprime quelque chose d’un peu différent, le tournant spatial de la géographie de langue française – les espaces les plus pertinents pour mener notre étude. Ce qui était un moyen de justifier par l’argument géographique mon terrain biscornu, quadripolaire en théorie, monocéphale en fait, me semble être un signe fort de la dévaluation de l’intérêt de la localisation dans la Géographie répondant au paradigme de l’espace. Elle se retrouve dans le discours, jusque dans les pratiques de terrain des géographes si tant est qu’ils en soient conscients et en démontrent, d’une manière ou d’une autre, la pertinence.

Qu’on cesse donc de se plaindre que trop de gens nous interrogent, sous prétexte que nous ayons signalé que nous étions géographes, sur la « localisation » de tel « endroit » par rapport à « la maison », sur nos « localités » de prédilection, sur les noms – toponymes, noms de lieux – d’autres dont on n’est pas spécialiste mais qu’on devrait connaître : de telles altercations devraient aujourd’hui marquer des pauses, des moments de respiration, des escapades exotiques dans ce qu’est devenu, pour eux-mêmes, le travail des géographes. Que le sens de l’espace ne se réduise pas à la localisation d’entités distinguables en vertu de critères définis par les sociétés, cela peut passer ; que la localisation soit une « science pauvre », atterrante pour la Géographie qui prétend, depuis des décennies, s’en échapper comme d’un joug, doit être sujet à débat, explicité, car c’est ce qui couve dans les travaux et l’enseignement de la discipline, au risque de la fermer à l’une de ses possibles acceptions : science des lieux, au sens de topos.

To be continued.

Villeveyrac, août 2016.
Chambéry, février 2017.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *