Florilège. Des limites de la réflexivité

Le problème, c’est que j’écris presque toujours en mode réflexif. Je dois avoir peur de donner l’impression de m’aimer assez pour me sacrifier. Voilà la limite de la démarche : on prend peut-être le risque de ne jamais s’aimer, de ne jamais être fier. A moins que la fierté puisse avoir pour objet l’insatiété épistémologique. Son seul défaut, c’est peut-être, finalement, d’être inconfortable. Août 2016.

J’ai trouvé les limites de la réflexivité : celui qui y est disposé ou qui la pratique prend le risque de toujours remettre à plus tard, ou soumettre à correction, tout ce qu’il produit. En se mettant continuellement à distance, il tente de se débarrasser de l’inconfort que son moi inspire. Se lire (…) c’est devoir renouer avec cet inconfort, se retrouver face à ce soi-même qu’on a pris le temps de faire exister, d’exorciser, et réaliser que c’est son ombre. C’est un calvaire. (…) Comment pratiquer la subjectivation quand on passe le plus clair de son temps à s’objectiver ? Tolérer ses faiblesses, se dire que finalement, le lecteur qui nous fera le plus de mal, c’est soi-même ? (…)

Je suis mon propre professeur : je me montre tout ce qui cloche et m’effare, me force à en tirer des leçons, que j’intègre en copiant des lignes. Puis à retourner au front, en première ligne, faire l’étal, avec d’autant de malaise que d’excitation, de compétences nouvellement acquises.

Le moteur du progrès cognitif, scientifique, ce doit être la dissociation. Et la réflexivité est une forme de dissociation, fourbe, car elle promet la subjectivation en pratiquant le contraire. On se construit en tant que sujet en se mettant soi-même à distance, en se condamnant à n’être jamais qu’un générateur de morceaux de soi à recoller avec raison. Août 2016.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *