Sources des sources.

On la trouvera [la recherche] (…) très « Lévy-Lussault », aussi, la formation de géographe que j’ai reçue ayant été abreuvée de leurs références, de leurs notions, de leurs formulations. (p. 39)

Voilà un texte que j’ai longtemps attendu d’écrire et que j’ai autant attendu pour écrire. La question des références utilisées dans mon mémoire ne me semblait pas si vite soldée qu’il ne paraît à sa lecture. Il n’y a pourtant pas beaucoup de conclusions possibles : l’auteure est une obsessionnelle du Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des sociétés (( Jacques LEVY, Michel LUSSAULT dir., 2013, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Belin )) … Continuer la lecture de « Sources des sources. »

Le géographique, le spatial. Évidence, evidence ?

Le mémoire a pour fondement – je dirais même pour condition, car il n’aurait sans doute jamais existé si je n’avais pas donné la preuve, dans mon comportement et mes travaux antérieurs, ceux validant le passage en Master, de mon allégeance – un postulat : que toute réalité, quelle qu’elle soit, possède une dimension spatiale. Continuer la lecture de « Le géographique, le spatial. Évidence, evidence ? »

Pour une science compréhensive (de la ville).

« Il a beaucoup été question du caractère « polis-génétique » (et « polis-générique », genre de ville ?) de l’accueil, pour ce qui sont apparemment de bonnes raisons : l’urbanité se caractérisant, selon Lévy et Lussault – les incontournables, rappelons-le, du moment contemporain de la Géographie – par la combinaison de la densité et de la diversité (Lévy, Lussault, 2013), l’accueil, puisqu’il rapproche (densité) des entités dissemblables (diversité), doit nourrir l’urbain dans son idéal même. » (p. 109)

            Que la réflexion sur l’accueil des réfugiés ait bifurqué sans forcer vers un traité de l’urbanité, il faut le comprendre moins comme l’effet de son ancrage dans l’empirisme d’un environnement urbain (ce qui, au vu de la complexité du terrain, devait être nuancé) que comme une opportunité scientifique qui est, en fait, un opportunisme épistémologique. Cela faisait déjà longtemps que le succès de la définition par Lévy et Lussault de l’urbanité battait son plein ; mais moi je la découvrais à peine, me délectant d’entrer dans un monde d’idées parfaitement cohérent par lequel je me familiarisais chaque jour un peu plus avec une vision de la ville comme spatialité représentative des sociétés contemporaines qui, pour moi, était neuve et révolutionnaire de toutes les préconceptions héritées d’une passade écologiste adolescente. L’arrivée de l’urbanité à « l’heure de pouvoir » du mémoire (son dénouement) correspond à un grand moment de fierté conceptuelle fortement influencée et motivée, aussi, par une aspiration séminale : prendre un concept et le transformer de manière à ce qu’au bout de l’argument, on m’en reconnaisse comme légitime copropriétaire.

Continuer la lecture de « Pour une science compréhensive (de la ville). »