La question du « où », perdante du « tournant spatial » ?

            Dans mon mémoire, j’ai fait des cartes (p. 47-52) – des cartes à vocation modeste, la localisation (c’est drôle comme la formule m’est venue spontanément : la localisation, un savoir et un savoir-faire modestes), accompagnées d’un commentaire souvent critique de leur qualité et de leur utilité. Continuer la lecture de « La question du « où », perdante du « tournant spatial » ? »

Ce n’est pas en jargonnant qu’on devient écrivain (scientifique).

Ville : géotype figuratif de l’urbain.

Cette définition lapidaire est extraite du lexique attaché au mémoire sous forme de « languette » latérale, lexique qui ne figure pas dans sa version numérique – il serait peut-être temps d’y remédier – et qui comporte, au dos, son résumé et ses mots-clés. Je proposais un certain nombre de « clés » pour comprendre l’usage que je faisais dans cet écrit précis de quelques termes dont le sens me semblait glissant, ou glissé par rapport à l’idée qu’un lecteur, géographe ou non, pourrait s’en faire spontanément. Je me suis efforcée de ne reprendre aucune définition de quelqu’un d’autre, pas même du « DLL » d’où je tirais pourtant une grande partie de la terminologie. Certes, pour la ville, cela m’évitait de mobiliser son obscure – et jouissive ! – définition comme « géotype de substance sociétale associé à la coprésence »1 qui laisserait pantois le plus chevronné des urbanistes. Continuer la lecture de « Ce n’est pas en jargonnant qu’on devient écrivain (scientifique). »

  1. Jacques LEVY, « Ville », in Dictionnaire…, op.cit. []

Sources des sources.

On la trouvera [la recherche] (…) très « Lévy-Lussault », aussi, la formation de géographe que j’ai reçue ayant été abreuvée de leurs références, de leurs notions, de leurs formulations. (p. 39)

Voilà un texte que j’ai longtemps attendu d’écrire et que j’ai autant attendu pour écrire. La question des références utilisées dans mon mémoire ne me semblait pas si vite soldée qu’il ne paraît à sa lecture. Il n’y a pourtant pas beaucoup de conclusions possibles : l’auteure est une obsessionnelle du Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des sociétés (( Jacques LEVY, Michel LUSSAULT dir., 2013, Dictionnaire de la Géographie et de l’Espace des Sociétés, Belin )) … Continuer la lecture de « Sources des sources. »

Le géographique, le spatial. Évidence, evidence ?

Le mémoire a pour fondement – je dirais même pour condition, car il n’aurait sans doute jamais existé si je n’avais pas donné la preuve, dans mon comportement et mes travaux antérieurs, ceux validant le passage en Master, de mon allégeance – un postulat : que toute réalité, quelle qu’elle soit, possède une dimension spatiale. Continuer la lecture de « Le géographique, le spatial. Évidence, evidence ? »

L’acteur, au corps et au cœur : sur l’ambition affichée de le repenser

« Approfondissements de/pour une géographie post-euclidienne » (titre initial)

Je me suis lancée dans l’élaboration de cet article avec l’idée de revenir sur les positions que j’ai pris, dans mon mémoire, par rapport au concept d’acteur. J’ai voulu être méthodique : j’ai tapé « acteur », et j’ai tenté de voir, aux pages où me renvoyait la recherche d’occurrences du terme, dans quel sens et quelles circonstances le terme était mobilisé. Rien de très savant, mais juste assez pour que le point de départ que je m’étais fixé bouge.

Continuer la lecture de « L’acteur, au corps et au cœur : sur l’ambition affichée de le repenser »

Pour une science compréhensive (de la ville).

« Il a beaucoup été question du caractère « polis-génétique » (et « polis-générique », genre de ville ?) de l’accueil, pour ce qui sont apparemment de bonnes raisons : l’urbanité se caractérisant, selon Lévy et Lussault – les incontournables, rappelons-le, du moment contemporain de la Géographie – par la combinaison de la densité et de la diversité (Lévy, Lussault, 2013), l’accueil, puisqu’il rapproche (densité) des entités dissemblables (diversité), doit nourrir l’urbain dans son idéal même. » (p. 109)

            Que la réflexion sur l’accueil des réfugiés ait bifurqué sans forcer vers un traité de l’urbanité, il faut le comprendre moins comme l’effet de son ancrage dans l’empirisme d’un environnement urbain (ce qui, au vu de la complexité du terrain, devait être nuancé) que comme une opportunité scientifique qui est, en fait, un opportunisme épistémologique. Cela faisait déjà longtemps que le succès de la définition par Lévy et Lussault de l’urbanité battait son plein ; mais moi je la découvrais à peine, me délectant d’entrer dans un monde d’idées parfaitement cohérent par lequel je me familiarisais chaque jour un peu plus avec une vision de la ville comme spatialité représentative des sociétés contemporaines qui, pour moi, était neuve et révolutionnaire de toutes les préconceptions héritées d’une passade écologiste adolescente. L’arrivée de l’urbanité à « l’heure de pouvoir » du mémoire (son dénouement) correspond à un grand moment de fierté conceptuelle fortement influencée et motivée, aussi, par une aspiration séminale : prendre un concept et le transformer de manière à ce qu’au bout de l’argument, on m’en reconnaisse comme légitime copropriétaire.

Continuer la lecture de « Pour une science compréhensive (de la ville). »