Cohérence (n.f.)

« Cohérence » : je connais un géographe – mon directeur – dont c’est le mot favori. A moi aussi il a fini par me plaire, surtout depuis que la définition proposée dans le « DLL » m’en a donnée une meilleure idée. L’adage de mon directeur n’en est pas loin : « dire ce qu’on fait, faire ce qu’on dit ». Bref, optimiser la tension propre à un discours entre la promesse et la performance. Continuer la lecture de « Cohérence (n.f.) »

Ce n’est pas en jargonnant qu’on devient écrivain (scientifique).

Ville : géotype figuratif de l’urbain.

Cette définition lapidaire est extraite du lexique attaché au mémoire sous forme de « languette » latérale, lexique qui ne figure pas dans sa version numérique – il serait peut-être temps d’y remédier – et qui comporte, au dos, son résumé et ses mots-clés. Je proposais un certain nombre de « clés » pour comprendre l’usage que je faisais dans cet écrit précis de quelques termes dont le sens me semblait glissant, ou glissé par rapport à l’idée qu’un lecteur, géographe ou non, pourrait s’en faire spontanément. Je me suis efforcée de ne reprendre aucune définition de quelqu’un d’autre, pas même du « DLL » d’où je tirais pourtant une grande partie de la terminologie. Certes, pour la ville, cela m’évitait de mobiliser son obscure – et jouissive ! – définition comme « géotype de substance sociétale associé à la coprésence »1 qui laisserait pantois le plus chevronné des urbanistes. Continuer la lecture de « Ce n’est pas en jargonnant qu’on devient écrivain (scientifique). »

  1. Jacques LEVY, « Ville », in Dictionnaire…, op.cit. []

L’acteur, au corps et au cœur : sur l’ambition affichée de le repenser

« Approfondissements de/pour une géographie post-euclidienne » (titre initial)

Je me suis lancée dans l’élaboration de cet article avec l’idée de revenir sur les positions que j’ai pris, dans mon mémoire, par rapport au concept d’acteur. J’ai voulu être méthodique : j’ai tapé « acteur », et j’ai tenté de voir, aux pages où me renvoyait la recherche d’occurrences du terme, dans quel sens et quelles circonstances le terme était mobilisé. Rien de très savant, mais juste assez pour que le point de départ que je m’étais fixé bouge.

Continuer la lecture de « L’acteur, au corps et au cœur : sur l’ambition affichée de le repenser »