Stratégie de jeu

J’avais prévu de faire mon retour avec des articles assez proches, dans le fond, de ceux du stade 2. Les deux (le 4 et le 2) entretiendront à mon avis un commerce assez fructueux : entre les regards rétrospectifs sur un travail achevé dans le but d’un produire un autre, plus fort, car plus conscient de lui-même, de l’un, et les essais de “reprises” de deux travaux accomplis de l’autre afin de les intégrer dans un débat qui dépasse leur dimension première de mémoire de recherche de Master, il peut y avoir des parentés de démarche. Le but est toujours d’expliciter, de prolonger, de faire durer le moment de recherche, mais toujours dans un dialogue utile avec soi-même et avec les résultats d’une veille attentive sur l’état des savoirs et du débat public. La différence est simplement dans la forme : il ne s’agit plus de faire évoluer les mémoires en vase clos, en dialogue avec lui-même seulement, dans une sphère où seuls ses lecteurs s’intéresseraient et comprendraient ce qui serait écrit. L’objectif est véritablement de les faire changer de dimension. Cela ne passerait-il pas par un changement de forme, de ton, de style ?

Le défi sera donc de ne pas régresser vers le stade 2 au cours de ce stade qui veut quelque chose que le précédent n’avait pas : des lecteurs, et des interlocuteurs.

Il m’a été reproché lors de la soutenance de mon mémoire de Master 2 que ce dernier “n’accueillait pas” (!) le lecteur ; qu’il l’insultait, même, de temps en temps, en lui disant qu’il était un crétin, un “légume” – pour la bonne et simple raison, car le juré faisait allusion à ce texte, que celui ou celle qui ne pratiquait pas la réflexivité semblait l’être dans mes mots. Je multipliais ainsi les accusations gratuites, les coups tranchants, sans me laisser discuter, attaquer en retour, alors que c’était cela la science. Oui – c’est précisément ce qui l’oppose à l’écriture journalistique. Le défi que je souhaite relever ici est donc de pratiquer une écriture ouverte, ouverte à la discussion. J’espère lancer et recevoir des balles. Il n’est plus temps de jouer seule dans des stades vides de monde. Comment fait-on cela ? Je n’en ai aucune idée. D’où l’appui, utile, sur le stade 2, qui m’aidera, grâce à quelques articles énonçant des intentions de recherche comme celui-ci, à contribuer aux dialogues.

Le prochain article sera thématique, je le promets. 🙂


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.