Les terres inhospitalières de Mélanie Le Guen (et leurs limites)

Si j’avais été moins fantaisiste, j’aurais intitulé cet article “pourquoi refuser l’hospitalité comme concept-cadre de la pensée quand on travaille sur les centres d’accueil pour migrants ou sur la politique d’accueil des réfugiés.” Ce positionnement ne trahit aucune partisanerie d’extrême-droite, à la Bruno Mégret dans ses clips de campagne de 2002 “Restons maîtres chez nous”, pas plus qu’il ne manifeste, je crois, une tendance NIMBY (Not In My BackYard) refoulée chez sa tenante. J’ai pu lire en revanche dans le commentaire d’un de mes articles portant sur les incendies qui avaient frappé les centres d’accueil pour réfugiés fin 2016, que le “ton ironique” que j’employais au sujet de cette inhospitalité manifeste, et qui pourtant, au fond, n’était pas si grave au vu des conséquences que ces incendies ont entraînées, était “déplacé.” Cette remarque pose question car elle provient de la part d’une correctrice “envoyée” par une revue qui aurait plutôt eu tendance à apprécier ce genre de provocations vis-à-vis de l’idée fortement consensuelle de l’hospitalité à tout prix – qui correspond de très près à l’hospitalité “républicaine” décrite dans mon mémoire et dans un article récemment publié. Mais lorsque je me lis, dans ce vieil article et dans mon second mémoire (qui le contient en annexe), je comprends de mieux en mieux le sens de cette remarque.

L’hospitalité, il est vrai que je m’en moque allègrement dans mes écrits, comme de beaucoup de valeurs qui me paraissent trop peu soumises à discussion et font facilement consensus dans toute conversation cordiale ; mais je ne m’en moque pas pour elle-même. Je m’en moque à travers un terme que j’aurais peut-être dû utiliser dans mes textes : l’hospitalitarisme, idéologie de l’ouverture à l’Autre, donnant à qui s’y situe un champ de références morales par rapport auxquelles juger les positions prises par les différents acteurs vis-à-vis du réel, et particulièrement de ses composantes qui constituent pour eux l’altérité. La résurgence des couples antinomiques hospitalier/inhospitalier, accueillant/peu ou pas accueillant, en découle directement. Et l’on appose cela à des réalités géographiques : il y aurait des “villes ouvertes”1, des “villes accueillantes”2, et, sans doute puisqu’on doit les construire ou militer pour, leurs contraires. L’hospitalité, pourtant appréhendée d’après une pensée plutôt binaire, moralisante, figure parmi les domaines de la justice spatiale d’après le récent ouvrage sur le sujet3, qui tout en même temps se refuse à “dire le juste” et à faire de la morale. Je continue de trouver cela paradoxal, et par conséquent reste “méchante” – aussi maintiens-je ce positionnement peu sérieux, un brin anti-chrétien, qui marque mes réflexions sur l’hospitalité tout au long du second mémoire. Voilà : de l’hospitalité, je me moque des usages qui en sont faits.

Cela explique que l’argumentation et la documentation demeurent, dans ce mémoire, faiblardes ; que de l’hospitalité, on ne s’en tienne à critiquer que les franges iréniques, les marges militantes et les marginaux des sciences sociales plutôt mystificateurs, ne prêtant qu’une attention anecdotique aux contributions récentes au savoir sur l’histoire et la théorie de l’hospitalité. Je pense, par exemple, à Benjamin Boudou. Mais à ce moment-là, seule sa Politique de l’hospitalité4 était en librairie, et il se trouve que j’avais trouvé assez peu de matière exploitable en ce qui concernait mon sujet : trop d’ante et de macro, peu de politique contemporaine. J’en déduisais surtout que l’hospitalité était un processus trop spécifique pour être généralisé à des réalités autres qu’aux processus d’incorporation de l’étranger dans la cité. Aussi restai-je sceptique devant certaines formulations de Michel Lussault telles que “habiter le Monde sans le rendre inhospitalier pour soi ni pour les autres”, formulation qu’il corrigera plus tard en réfléchissant sur l’expression “Espace d’accueil.”5 Tant qu’on restât dans le champ de la littérature, cela pouvait aller ; mais dans le champ scientifique, même à ses limites, en signant une tribune “pour l’hospitalité urbaine”, cela me semblait se tromper de concept. Le voilà, donc, l’argument contre l’hospitalité : le terme est employé de manière métaphorique pour désigner une “accueillance” dont on ne sait pas très bien ce qu’elle recouvre, pas plus que “l’autre” concerné par ce processus d’accueil. Ce n’est pas parce que l’hospitalité est un bien joli mot qu’il faut l’utiliser pour désigner des réalités, et même des rêves, très éloignés des pratiques qu’elle recouvre effectivement, à moins, et ce n’était pas plus mon but que celui des auteurs des phrases pré-citées, de vouloir faire de la poésie.

*

 

Dans le premier mémoire, intitulé Hospitalités, cette intention non-poétique n’était pas tout à fait claire ; je voulais alors écrire comme les autres, et mon écriture n’avait pas encore fait la part des choses entre le littéraire et le scientifique – je ne suis pas sûre qu’elle l’ait encore fait d’ailleurs. Hospatialités marque le début d’une autonomisation vis-à-vis de ce qui m’apparaissait comme une véritable langue de bois. Mais le glissement n’était-il pas plus esthétique que sémantique, avec ce néologisme que je définissais, dans le dictionnaire final comme

(p. 164) ?

Je ne bouleverse pas la face du monde avec cette définition qui révèle essentiellement du mot qu’il est un clin d’œil au mot “hospitalité”, d’une part, et que la valeur hospitalité est le résultat d’une construction sociale, d’autre part. L’hospatialité est la traduction spatiale d’une manière de concevoir l’hospitalité, conception qui ne correspond pas nécessairement à l’hospitalité telle qu’on l’imagine : “les hospatialités ne se résument pas aux hospitalités” (p. 115).

Je composais ce mot pour les enfoncer encore davantage, mais à vrai dire par là je ne montrais qu’une chose : que l’hospitalité restait, pour nous tou.te.s, un archétype, une référence commune. On ne peut pas retirer à l’hospitalité sa valeur fédératrice, monopolisante des représentations, plus que l’accueil le fera jamais – qu’importe, de nouveau, mais peut-être que je me trompe, que ce soit se tromper de concept que d’appliquer celui-ci à des centres d’accueil ou à un État alors que ces derniers possèdent une politique d’accueil et non une politique d’hospitalité. L’hospitality business ou management n’est aujourd’hui attribuable qu’aux hôtels et, plus largement, l’hospitalité contemporaine concerne les services visant le confort de l’usager, user-centered.

La célèbre école d’hôtellerie Ferrandi, connue pour placer ses étudiants dans des établissements de grand standing, offre un parcours de formation à l’hospitality management ; les aéroports, en particulier dans leurs « terminaux Affaire » destinés à une clientèle à capital social élevé (ce qui explique peut-être en partie que domine cette approche), fondent leur attractivité sur toute une économie de l’hospitalité, consistant à annuler la discontinuité induite par le processus du déplacement en reproduisant les configurations réceptives aux modes d’habiter du public ciblé (Annexe 2f) ; même chose, somme toute, pour les bibliothèques qui, dans leurs égards à l’accueil, viennent à porter une attention particulière au « confort » . . . (p. 114)

A moins, bien sûr, de considérer les centres d’accueil ou les États comme des services comme des autres ? De confort, de villégiature, de tourisme et de loisirs, presque ? La confusion des genres me paraît d’une éthique douteuse, et théoriquement impraticable. Mais peut-être est-ce encore un mauvais procès à l’hospitalité que j’intente ?

Je vais donc sans vergogne mettre au négatif la phrase de conclusion de mon article : parlez-moi donc de l’hospitalité, abreuvez-m’en, assommez-m’en, faites-en moi des leçons ; car il semblerait bien que je n’en aie pas compris tous les enjeux, au vu des noirs regards que je lui lance, mauvaise, croyant par là tenir la base d’une construction solide : celle d’un édifice théorique distinguant rigoureusement l’hospitalité de l’accueil.

To be continued.

  1. MEKDJIAN Sarah et al., 2016 : « Pour l’hospitalité urbaine. Contre la tentation du repli sécuritaire, ouvrons nos villes », Justice spatiale – Spatial justice []
  2. HANAPPE Cyrille et al., 2018 : La ville accueillante – Accueillir à Grande-Synthe. Question théoriques et pratiques sur les exilés, l’architecture et la ville, PUCA []
  3. LEVY Jacques, POVOAS Ana, FAUCHILLE Jean-Nicolas, 2018 : Théorie de la justice spatiale, Odile Jacob []
  4. BOUDOU Benjamin, 2017. Politique de l’hospitalité, CNRS Editions. []
  5. LUSSAULT Michel, 2018. “Espace d’accueil”, in Esprit, Juillet/Août []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.