11 mars 2016

Pourquoi les étudiants ont beaucoup à apprendre d’EspacesTemps ?

Compte-rendu de la journée d’études ET : XL. Quarante ans de sciences sociales, 11 mars 2016

Cité dans L’attrait du collectif.

https://www.espacestemps.net/articles/quarante-ans-de-sciences-sociales-avec-espacestemps/

Voilà une journée d’études à laquelle on ne se rend pas par hasard ou par contrainte académique. Non parce que, comme il a été beaucoup fait allusion au cours des cinq temps qui l’ont composée, la quarantenaire EspacesTemps rassemble quelques penseurs alter-académiques arrachés à leur université génitrice dans l’optique d’en préparer la révolution – les hautes-places de leurs fondateurs et de leurs contributeurs dans les strates de l’enseignement supérieur et dans les cours d’épistémologie de la géographie dispensés aux étudiants « de mon temps » en témoignent, ainsi que l’évaluation annuelle de la revue par l’AERES. Mais parce que malgré la reconnaissance dont la revue jouit aujourd’hui, j’en trouve les lecteurs étudiants extrêmement peu nombreux. C’est à la faveur d’un mot glissé par un professeur borderline que l’on entend parler d’EspacesTemps, et peut-être, aussi, d’une certaine indiscipline qu’on la consulte. J’y ai, pour ma part, trouvé l’émulation intellectuelle perdue lors de ma première année de Master (non encore terminée, je ferais mieux de me taire…), sur les conseils d’un de mes enseignants-totems, encore un peu échaudé, sans doute, par ses propres années passées à l’université. Tous les révoltés se retrouvent-ils au carrefour d’EspacesTemps ? Certainement pas. Bon nombre de mes camarades peu convaincus ont, en quittant les bancs de l’université, quitté aussi le champ des sciences sociales et perdu tout goût pour la recherche. Faut-il être révolté pour trouver dans EspacesTemps l’objet de ses désirs intellectuels ? Pas sûr, et pas souhaitable. Ce qu’EspacesTemps peut apprendre aux étudiants, c’est justement que la révolte nourrie en toute conscience est nécessaire à la santé intellectuelle – et pas qu’à la sienne.

A l’origine d’EspacesTemps, il y a des étudiants de Cachan : brillants, la vingtaine, marxiens parce que telle est la condition de l’intellectuel des années 1970. Ce petit conglomérat de jeunes agrégés, historiens, géographes, économistes alors (ils n’y sont pas restés), s’insurgent ensemble contre « le manque de réflexivité » de leurs disciplines et l’absence de réflexion théorique sur la pertinence de leurs outils, la validité de leurs méthodes, le bien-fondé de leurs démarches. Je crois y entendre, derrière, une forme de dénonciation de l’instrumentalisation de cet angle mort à des fins dominatrices – ils m’ont un peu rappelé les discours fondateurs d’Hérodote, avec lesquels ils se sont pourtant disputés, en voulant chacun produire une alternative à la « géographie des professeurs » fustigée par Yves Lacoste dès son premier numéro, en 1973. EspacesTemps est aussi dans cette veine, et je l’ignorais. Moi qui pensais y voir une réponse plus « bourgeoise » aux dysfonctionnements disciplinaires et une défense ésotérique, par nature impopulaire, de l’interdisciplinarité… Inutile de dire ma surprise, et la leçon d’humilité que j’ai prise en écoutant le « gratin » parler de ses déceptions académiques. La marginalité peut conduire quelque part. On peut se situer aux frontières de « sa » discipline, s’allier à autres historiens, économistes, démographes, philosophes, anthropologues, et dépasser le stade critique par la formulation d’un argument neuf. On peut dire à l’université qu’elle se trompe, si tant est qu’on puisse le montrer ; s’affranchir, dans un remarquable effort intellectuel et politique, la démangeaison de la déconstruction pure et simple en assumant l’ouvrage de la reconstruction. Il n’est pas interdit de réfléchir.

Réaliser l’Aufhebung n’est pas à la portée du premier marginal qui vient. Si EspacesTemps fournit, à mon sens, la preuve qu’on peut déconstruire et reconstruire, ce passage d’une disposition à l’autre requiert que l’on – on désignant ici le public attiré par la perspective de produire quelque chose de neuf – accepte la complexité inhérente à la pratique des sciences sociales et aux problèmes traités. Accepter la complexité, ce n’est pas seulement s’y résigner, ni se lover dans ses longs bras dans un parfait relativisme ; autrement dit, ce n’est pas répéter à qui veut bien l’entendre (pas grand monde, sans doute) que « c’est trop compliqué » pour affirmer quoi que ce soit. Accepter la complexité, c’est, je crois, comprendre que l’on constitue soi-même un sujet complexe, au sens premier du terme : en existant et en faisant exister nos idées, par la parole, par l’écriture, ou en étant simplement présent quelque part, à un moment donné et dans une certaine posture, on – qui désigne, cette fois, tout sujet expressif, c’est-à-dire tout le monde – prend le risque d’être contrevenu dans sa démarche, de recevoir en pleine face un jugement fatidique, un argument bienvenu, une critique acerbe ou simplement un contre-exemple. Accepter la complexité, c’est peut-être dire que tout cela n’est pas grave. La confrontation des positions permet à la pensée de « faire corps », pour reprendre la formule de Régis Debray, dont j’ai dû avoir eu vent dans un des cours sur les frontières lors de mon année de khâgne, pour peu qu’on ne se laisse pas prendre par sa propre vulnérabilité. J’ai été plusieurs fois sujette à des frictions – cela m’apprendra à écrire – et je n’en suis pas toujours sortie plus forte. J’y ai souvent répondu avec une surenchère de postmodernité, en disant à l’autre, comme j’ai vu les Américains soucieux de mettre fin à une discussion embarrassante, qu’il avait sans doute raison. La vulnérabilité est une propriété merveilleuse de l’être. C’est par elle qu’on apprend, par elle qu’on nuance, et par elle qu’on en sort. EspacesTemps, revue de débats, revue-front(s), et quarantenaire malgré tout, nous montre les vertus de la réflexivité et de la question ; voilà une belle leçon pour l’étudiant un peu effrayé par les champs non défrichés, éduqué et complaisant à la discipline de la discipline.

L’urbaniste Marc Dumont notait, parmi les changements qui ont eu lieu au cours des quarante ans d’existence de la revue, le passage d’une « interdisciplinarité de combat », combat contre l’institution scolarisée de la pensée analytique, à une « interdisciplinarité esthétique ». La revue a certes fait ses preuves dans les milieux scientifique et académique, et peut-être est-elle trop prise au sérieux pour combattre ceux qui désormais l’en jugent dignes. Peut-être n’est-ce plus le temps du combat : Michel Lussault, dans la déclaration la moins optimiste et pourtant des plus éclairantes de la journée, affirme que l’on ne peut pas enseigner les sciences sociales aujourd’hui, et qu’il ne faut pas y voir tant la responsabilité sournoise d’un ministère réactionnaire que l’aveu de notre propre échec. « Nous sommes tout juste bons à écrire des articles publiés dans des revues à comité de lecture », dit-il, car occupés, dans nos responsabilités individuelles, à défendre un « programme faible » pour les sciences sociales que l’on retrouve de plus en plus dans les affaires d’EspacesTemps. Peut-être les chercheurs dans ces domaines, et j’en ressens déjà la pression en tant qu’étudiante, en s’engouffrant dans la brèche académique au moment où il fallait le faire, ont-ils développé l’ambition carriériste qu’ils redoutaient à force de saisir les mains tendues des institutions. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose, car l’institution protège, et, comme Magali Reghezza le rappelait dans la matinée, autorise au chercheur l’émancipation et l’audace. Le chercheur en sciences sociales a besoin des deux. Pour autant, ce n’est pas suffisant, et l’appel de Michel Lussault sonne en ce sens comme une invitation au combat. C’est du moins comme cela que je l’ai pris, moi qui, deux jours avant, baissait les bras face aux contraintes de la recherche dont j’ai très vite identifié les côtés castrateurs et la menace de l’entre-soi. Ce combat est moins un combat contre qu’un combat pour : on retrouve, encore une fois, l’effort investi par les membres du comité scientifique de la revue pour aller au-delà de la déconstruction. C’est un combat pour montrer à la société que les sciences sociales, pourvu qu’elles acceptent de se constituer en tant que sciences sociales sans passer par les combats de coqs, combats contre, visant à déterminer quelle discipline en sera le leader, s’intéressent et travaillent à identifier leurs problèmes. L’issue de la démonstration dépend de l’énergie investie à élaborer un savoir-faire en matière de proposition et de diffusion des travaux, sans quoi la connaissance ne fait que des tours en rond. C’est la transmission qui est en question ici, et l’avenir de la compréhension des faits sociaux qui est en jeu : la mission des étudiants d’aujourd’hui est de trouver des moyens y parvenir.

Mais je crois surtout que ce qu’EspacesTemps peut apprendre de plus nouveau, de plus spectaculaire aux étudiants qui ont choisi les sciences humaines et sociales, c’est qu’ils sont utiles, crédibles, légitimes ; chose que l’on tend à oublier dans son parcours universitaire, fait d’autant de crises existentielles que de phases de réclusion dans l’ésotérisme le plus obscur, mais bien rarement de moments d’épanouissement par-delà les frontières cognitives entre les chercheurs et ceux qui n’en sont pas. Quelques jours avant cette journée d’études, je me promettais d’abandonner la recherche et de boucler mon mémoire en deux temps trois mouvements, pour passer « côté utile », « côté réel », car je souffrais de penser à des choses que personne ne désire penser avec nous. Je réalise aujourd’hui qu’il ne faut peut-être pas tant rompre avec la recherche qu’avec les pratiques de la recherche. Il ne tient qu’à nous, étudiants, d’être pragmatiques et cohérents avec ce que nous désirons en faire. Cela ne demande-t-il pas, tout simplement, d’avoir confiance ?


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.