Août 2016

Après Urbanité/s

Cité dans Pour une science compréhensive (de la ville).

« Il n’y a rien d’inhumain dans la ville sinon notre propre humanité » G. Perec, 1982

Urbanité/s, c’est la condensation par l’image de tout un projet scientifique : montrer que l’humain et l’urbain sont les deux parties synchrones, réversibles, réflectives d’un même mouvement qui est celui de la production des sociétés. Pour Lévy, la ville est le dispositif matériel permettant d’asseoir et d’ancrer dans les pratiques arrangées par de tels agencements, une certaine idée de la société. Ce qui la représente, c’est l’urbanité. La parenté des deux termes (urbain/urbanité) autorise à « penser/classer » les espaces urbains selon leur degré d’urbanité. Or, chez Lévy, l’urbanité correspond toujours/déjà à une certaine idée de l’urbain, donc de la société – et non, comme on pourrait s’y attendre, au degré maximal de l’idée que les acteurs de la ville, qui sont donc aussi membres actifs de leur société, s’en font. Là, l’urbanité correspond à une configuration associant étroitement la densité et la diversité comme fonctions du développement urbain ; ici, dans son sens le moins connoté et le plus proche, en fin de compte, de ce qu’entend montrer un Lévy racontant l’histoire des hommes par leurs villes, ce serait la combinaison fonctionnelle de valeurs qui assurent la représentation spatiale de principes de la vie collective affirmés politiquement comme les fondements de la société à construire, sans préjuger de ces valeurs. En tirant vers l’Europe (le modèle d’Amsterdam est d’ailleurs l’unité de mesure de l’urbanité chez Lévy) la couverture de l’urbanité, Lévy se dote d’un instrument d’évaluation des espaces urbains qui n’est que partiellement propre à rendre compte des réalités sociétales et politiques qui président à de telles mises en forme et en pratique de la coprésence. Mesurer les espaces urbains selon leur degré d’urbanité, sans préciser les précautions à prendre en matière d’échelle et de métrique, s’apparente ainsi à un (pré)jugement de valeur(s) symboliquement violent à l’égard des systèmes sociétaux prônant des valeurs incompatibles avec la densité et la diversité. Si la notation des villes est sévère, celle de leurs administrateurs et habitants doit l’être aussi. En quel nom ? Celui d’un idéal qui sous-tend le projet scientifique de Lévy qui est, en fait, un projet de société. Je crois qu’il faut bien faire attention à distinguer cette urbanité d’autres urbanités possibles afin d’adapter la théorie au « tournant pragmatique » et à la démarche indiciaire que la diversité des cas et la mosaïque des terrains imposent de prendre.

Autre chose qui me semble témoigner de la prégnance d’une vision euro-centrée sur la proposition scientifique : la monstration de l’urbain comme phénomène par lequel s’exprimeraient nécessairement la collectivité/le choix du collectif. Je pense notamment qu’il y a des similarités intéressantes entre le fonctionnement (interactif) des communautés rurales et des communautés urbaines, surtout en ce qui concerne les pratiques de l’échange et la complaisance, voire la dépendance à… l’interdépendance. Pas sûr alors que l’approche à partir du dispositif matériel, reconnaissable par des agencements élémentaires et des morphologies communs, suffise à écumer l’ensemble des pratiques qui pourraient légitimement faire ville, donc société. Urbanité/s, sans le dire, a peut-être un peu trop tendance à promouvoir le marqueur matériel comme trait distinctif du géotype urbain – en se référant, d’ailleurs, à une morphologie correspondant à l’image européenne de la ville.

En ce sens, je suis très surprise de trouver, dans les textes d’un géographe que je connais, la référence quasi systématique au géotype « montagne ». Il est possible qu’elle suscite des territorialités particulières, c’est-à-dire des manières d’être à l’espace métaphorique du politique qui font appel aux ressources symboliques et herméneutiques de l’individu. En revanche, la multiplicité des spatialités au sein du « géotype montagne » invalide la « présomption géotypique » de l’objet. Dans l’idéal, on reconnaît le géotype urbain d’abord à ses pratiques, ensuite à sa forme, c’est-à-dire au support le plus évident de son objectivation. Pourquoi devrait-il en être autrement pour la montagne, dont on reporte l’approche pragmatique à plus tard en s’appuyant sur des preuves qui relèvent davantage de la territorialité, c’est-à-dire d’un rapport conditionné à un espace d’ores et déjà objectivé, que de la spatialité ? La fragilité de la proposition théorique lève le voile sur la sédentarité des chercheurs qui voudraient être un peu plus mobiles épistémologiquement, mais que les préfabriqués des institutions mères enferment.

De toutes les propositions épistémologiques de Lévy, je crois que la plus intéressante (et la plus balbutiante, aussi, puisque la théorie ne lui réserve que peu de place) est d’ordre méthodologique. La sérendipité est la disposition qu’adopte le chercheur Lévy pour optimiser le rapport entre « habitation » et « habitabilité » de la ville, c’est-à-dire en réduisant l’écart entre l’effectif et le possible. Ce que j’y lis, c’est une incitation à garder une âme d’enfant. Au risque, parfois, d’aller à l’encontre des pratiques admises qui appartiennent, pour la plupart, au champ de l’effectif. S’ouvrir et s’aventurer dans le possible, n’est-ce pas rompre le contrat social en vigueur dans les espaces qu’offre la ville à ses pratiquants ? La sérendipité est transgression épistémologique frontalière de l’indiscipline et, peut-être, pour le praticien, de l’incivilité. Elle suppose de sa part une réflexion sur ce qu’il est prêt à sacrifier de son capital social au profit de son capital… spatial, qui est un argument politique tout aussi puissant pour faire valoir, auprès des milieux qui y accordent de l’importance, le caractère composite du bagage expérienciel. La sérendipité, est-ce la fin du surmoi, au nom d’une autre morale, au nom, même, d’une autre éthique de la recherche, de la vie sociale ? Comment en faire un levier sans violer la confiance que les membres des sociétés qu’on étudie nous accordent dans le cadre d’un contrat civil de « bonnes distances », parce que, au fond, nous l’appliquons aussi quand nous quittons nos habits d’universitaire ? L’éthique sérendipienne mérite d’être pensée à fond avant d’être adoptée. De même, pour qu’il soit efficace de la parcourir, il semble qu’il faille poser des limites explicites au champ des possibles. Cela doit faire partie du travail de conception du terrain que le géographe devrait mener avec un peu plus de dextérité et de rigueur face à l’adversité inquisitrice/impositaire des territoires.

L’urbanité que présente Lévy, c’est sa manière d’être au monde. C’est le résultat d’années de pratique réunies sous un mot qui, au fond, le représente peut-être plus lui que la complexité du phénomène urbain.

A-t-on vraiment contribué à enrichir l’état des savoirs et la philo-sophie autrement qu’en proposant des concepts qui nous racontent ?

*

 

« Si je ne vis pas sur un espace, si je n’y suis pas impliqué, je prends de la hauteur de n’en donner aucune théorie (aucun jugement – car une théorie risque de me lier à l’espace), je suis un constructeur de base de données. Un constructeur de prison ? » J. Dupoux, 2016

La recherche n’est qu’une modalité de la pratique sociale. « Construire des prisons », c’est facile, parce qu’on en a le pouvoir, en tant qu’opérateur social et encore plus en vertu de notre puissance politique intra- et extra- académique. Mais attention : dans les deux cas, avec théorie (si la morale de mon jugement est trop directive, trop arrêtée… je fais une maison d’arrêt) et sans (le dégagement à prétention objective est une forme aliénée et désocialisante du jugement).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.