Juin 2016

Sur la notion de dérangement

Cité dans L’acteur, au coeur et au corps…

Pour qu’il y ait dérangement, il faut que quelque chose soit rangé.

L’appréciation du “rangé” est forcément subjective : la forme-camp peut ainsi être un dérangement autant qu’un rangement (pour le migrant lui-même, peut-être), et parfois un arrangement (on peut désigner par là tous les types de réaménagement des spatialités entrepris par les acteurs en rapport avec les reconfigurations spatiales essentielles au dérangement). L’usage de la notion ne peut être valable dans le cadre d’une certaine conception du rangement, c’est-à-dire d’un agencement qui fait sens dans le mode de vie d’un individu ou d’une société, qui se traduit par des spatialités (lien avec les notions de “bassin de vie” et d’habiter). Il faut en cela différencier le dérangement du désordre, non tant parce qu’il y a dans le dérangement une dimension éthique (le terme “désordre” peut aussi prendre cette connotation) que parce qu’il s’agit d’une proposition, voire d’une mise en débat d’une nouvelle configuration spatiale qui a sa cohérence — à nuancer, bien sûr, selon les échelles, sans que son principe de fonctionnement soit remis en cause. De ce point de vue, le dérangement peut être défini comme une spatialité en procès.

Aussi, dire “ça me dérange” n’est peut-être pas tout à fait la même chose que de dire “c’est le bordel”. On trouve dans le premier propos l’expression subtile d’une subjectivité qui renvoie, en fait, à une spatialité. Le caractère nuancé du propos n’empêche pas que le locuteur soit en même temps un acteur de l’opposition à un projet d’aménagement (au sens large). Il contribue juste à enrichir le panel entre acceptance et réactance en proposant une position plus “douce”, consciente, argumentée et réflexive. L’analyse du dérangement devrait porter, au moins dans un premier temps, sur un corpus discursif. Il prendrait ainsi le “tournant actoriel” consubstantiel au “spatial turn” de Soja et aurait toute sa part dans une étude de la dimension spatiale du social.

Une des possibilités serait d’interpréter le “Ca me dérange” transcrit un malaise, une crainte. L’expression peut basiquement signifier “j’ai peur de ne pas me (m’y) retrouver”. On peut lire dans le dérangement la conséquence d’une modification, même superficielle, d’un agencement spatial dont le locuteur ne maîtrise ni les tenants ni les aboutissants. Dépouillé, en somme, de ses capacités de préparation, d’action et de prospection qui peuvent, dans une certaine mesure, être identifiés comme les fondements mêmes de l’habiter. Si on emprunte des termes relatifs à notre étude de l’accueil, on pourrait dire que le locuteur craint qu’un tel agencement lui soit inhospitalier — non dysfonctionnel, donc, mais fonctionnel contre lui. Or, l’action d’accueillir suppose de prendre le risque d’être dérangé autant que de déranger. Une piste de travail intéressante consisterait à voir comment les acteurs se saisissent du dérangement mutuel que, dans le cas d’un accueil voulu et instruit par les deux parties, ils ont eux-mêmes contribué à produire : ce peut être l’arrangement, par exemple, d’un espace commun. Il faudrait alors pousser plus loin l’hypothèse de l’accueil comme interspatialité, ne serait-ce qu’en proposant d’affiner le type d’interspatialité dont on parle (cf. les trois grands types d’interspatialité). Dans ce débat-là on ne peut guère trancher — à ce stade, du moins.

La notion de dérangement laisse en suspens quelques questions qu’on ne saurait éviter si on se décidait à conceptualiser le dérangement, et je voudrais les porter à discussion :

1) La première porte sur les méthodes d’analyse du dérangement. Si elle pose la question, elle transversale, des outils de mesure de la modification de la configuration spatiale, elle impose qu’on s’interroge sur la validité du concept de dérangement en dehors du paradigme proxémique, qui inciterait à étudier le dérangement à travers un spectre égocentré. Doit-on se résoudre à voir dans le dérangement une simple question éthique ? Ne pourrait-il pas faire sens autrement, dans une démarche d’objectivation, comme un outil permettant de mieux comprendre le fonctionnement de l’espace ? Le potentiel heuristique du dérangement m’interroge et les réponses que j’y apporte ne me satisfont pas vraiment. Le prisme éthique, plus soucieux des spatialités que de l’espace, revient toujours à la charge.

2) Je me demande ensuite si le dérangement peut vouloir dire quelque chose dans une géographie pour laquelle l’espace correspondrait à autre chose qu’à une dimension du social. Si, en somme, le destin — si destin il y a — de la notion était simplement de s’adjoindre à “l’artillerie lourde” du Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, ou s’il pourrait être transversal à plusieurs géographies.

3) Enfin, comme je l’indique dans les dernières lignes, la question du dérangement soulève un certain nombre de questions relatives à l’accueil comme élément pertinent d’une théorie de l’espace. Il est possible de concevoir l’accueil comme interspatialité, mais une interspatialité de quel type ? Ni l’interface, ni l’emboîtement, ni la cospatialité ne me paraissent appropriés pour rendre compte du fonctionnement de l’accueil. Il semble que les trois puissent être présentes en même temps et à des degrés variables selon des situations produites par des acteurs, donc elles-mêmes variables selon leur investissement des “trois dimensions de l’agir” dont j’avais parlé dans le mémoire. N’est-ce pas idéaliste ou opportuniste, finalement, que de considérer l’accueil comme interspatialité ? Le dérangement ne suggère-t-il pas une réalité plus complexe, moins moulée au format d’un Lévy ?

Il y aurait aussi quelque chose à dire et à faire, conjointement, de la notion d’arrangement, à commencer par s’accorder sur le sens du préfixe “a” : on est bien content qu’il offre une opportunité de différenciation de l’arrangement du “rangement”, mais c’est sans savoir si la différence tient à ce que l’arrangement exprime un but ou une privation. Dans le premier cas, l’arrangement aurait une fin et pas le rangement ; dans le second, l’arrangement correspondrait soit à une ablation de la partie “rangée”, soit à une annulation de cette partie, soit à une incorporation de cette partie dans le nouvel agencement, soit (et c’est, je crois, la piste la plus intéressante) à un agencement selon des principes qui ne sont pas ceux du rangement — encore faudrait-il les définir. Or, si l’étude de l’arrangement est le pendant logique, dialectique, de celle du dérangement, l’exercice de définition de ses “notions-parentes” est un passage obligé.

(13 juin 2016, retravaillé le 19 juin 2016).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.