Juillet 2016

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on crée

Cité dans L’acteur, au coeur et au corps…

Source : Geeketc.

Et si l’espace ne comptait pas ? Je veux dire, et si l’espace ne désignait rien en soi, hors de la prédication ou de la qualification qui lui donnent vie ? C’est l’hypothèse qu’un architecte m’a proposé d’envisager hier soir. Tout mon cœur criait à l’affront, au nom du beau vocabulaire et de l’imaginaire flamboyant modelés par un courant de la géographie que j’affectionne particulièrement. Mais il me semble qu’il vaut la peine aujourd’hui, pour un géographe, de mettre au défi ses propres fondations intellectuelles, surtout au moment où elles s’élèvent en principes de vérité scientifique. J’osais espérer que l’exercice serait facile : l’espace, j’y suis venue tard, pas par évidence, ni par sensibilité manifeste à l’objet. J’y suis venue en me prenant au jeu d’une construction intellectuelle collective, communautaire, même, où j’ai découvert qu’on parlait un langage commun, gage de liens forts tissés avec des gens fascinants et fascinés par ce que cette langue se parle au-delà du cercle restreint d’où tout est parti. C’est le sentiment de voir l’histoire de la pensée se faire devant moi qui prédomine quand je pense (à) l’espace ; de m’être saisie de quelque chose d’encore frais, d’un peu subversif, donc, par lequel on défendrait l’existence d’un lien de la métathéorie à la concrétude aussi étendu que le spectre des sensibilités représentées dans cette science de la Terre singulière. Quoi qu’on dise, à parler d’espace, on ne se sent pas faible ni fragile par rapport aux apôtres du temps, de la cité, du commerce. C’est plutôt le contraire, car, peut-être comme eux autres, on a l’impression de tenir le monde entre ses mains, dans sa forme globale, portée et mise à jour par le concept de Monde, et jusque dans ses moindres détails – les couches, les actions, les micro-situations. Bien amené, l’espace permet l’omnipotence. Et c’est peut-être de lui, par lui, que le géographe de formation réalise son potentiel en tant que chercheur en sciences sociales. C’est son entrée, son levier, pour comprendre le fonctionnement des sociétés. Les autres ? Je ne sais pas s’il en est de comparables à l’espace. A vrai dire, je n’ai pas l’impression qu’on m’ait un jour présenté l’espace en lien avec autre chose, comme une « dimension » parmi d’autres du polyèdre sociétal. J’ai plutôt le souvenir d’un bipartisme strict : d’un côté, ceux, « spatialistes » ou franchement « naturalistes », qui externalisaient l’espace en le construisant en entité indépendante de l’action et de la sensibilité humaine. Eux ne me semblent plus guère occuper la scène. De l’autre, un discours aujourd’hui dominant au sein des géographes de formation nourris à l’ère du « tournant » (ils sont peu nombreux dans l’institution scolaire où on a vite fait de les remettre à leur place), qui veut que l’espace soit la société. Pas son émanation, pas l’une des modalités ou l’un de ses modes d’expression, même privilégié, pas une mode ; juste la société, en sa pleine concrétude. La tautologie est idéologique, expression de la frustration de chercheurs logés dans la déviance qui continuent d’inventer de nouveaux moyens pour asseoir la légitimité de leurs objets tout en proclamant qu’elle n’a plus lieu d’être discutée ; qu’il n’y a plus besoin de rappeler que l’espace est social, qu’il est le corps même de la société, alors que c’est ce qu’on s’emploie à faire, tous les jours, dans nos écrits et nos conversations les plus banales, parce qu’on sent que l’espace est toujours « un doute », qu’on est mis en doute, et qu’on doute, nous-mêmes, de son prétendu « sens spatial » comme de l’appareil fantôme par lequel on attrape tout. Ce doute, il est essentiel de le vivre, et il est parfaitement justifié qu’on nous/se passe à son crible, car on se retrouve ainsi face à un constat sans appel : la transmission de l’espace tel qu’on veut le construire et le montrer ne fonctionne pas. Il faut alors s’interroger sur les raisons de cet échec et envisager que si on ne transmet pas, c’est peut-être, sans doute, même, parce que ce n’est pas clair.

Si l’espace est quelque chose, c’est sans doute – enfin, peut-être – plus (finement) que la société, les acteurs. Il n’est pas leur produit, leur artéfact, leur ouvrage fétiche – ça, ce sont les attributs de l’espace, c’est-à-dire, dans le langage, les adjectifs par lesquels on le qualifie ou encore, dans les représentations picturales, les formes et autres images visuelles associées à tel ou tel type d’espace préalablement ou postérieurement identifié (qualifié). Ce n’est pas l’espace. Sa forme ou sa structure, à la rigueur, abordable directement par une grille d’analyse fournie de critères empiriques à visée cognitive-objective. Les qualificatifs intéressent les architectes, les urbanistes, les aménageurs en tout genre, les politiques, les géographes – pas moi, enfin, pas vraiment. J’ai toujours eu la sensation qu’on jouait des cordes sensibles, mais jamais la plus juste. Ce qui m’intéresse, ici et, je crois, globalement, c’est le dénominateur commun à tous les adjectifs. Quelle science pour lui ?

La géographie, en privilégiant la face cognitive (déjà) objective, car externalisée, de l’espace, se prive de connaître en le comprenant son objet roi. On dit pourtant que l’espace est social ; on dérive ensuite en disant qu’il est fait par les acteurs, pas qu’il est les acteurs (bien que l’emploi aujourd’hui répandu de la préposition « avec » introduise une nuance bienvenue qu’on peut résumer par l’expression « tournant pragmatique »), pour aboutir, de manière révélatrice, à des cas pratiques pédo-centrés (au sol – pédologie – pour être pédagogiques) qui n’arrive pas à la cheville de l’intention de départ. La perte au change est immense, et on le sait, mais c’est pourtant à partir du reste – ou du quotient, c’est selon – que le géographe travaille. Il essaie simplement aujourd’hui de remonter la pente. Péniblement – car il est en train de réaliser que l’espace ne s’objectifie pas, ne se casse pas, ne se discrétise pas et, par là, ne se transmet pas selon les protocoles de communication de savoirs admis et effectivement mis en œuvre. Que la démarche de recherche bute, qu’elle n’est jamais finalisée – alors, sa finalité ? La seule chose qu’on puisse en faire, de l’espace, c’est peut-être, et c’est plus difficile que toutes les actions intellectuelles qu’on a énumérées, le comprendre. Or, la compréhension, c’est moins l’effort d’intériorisation des savoirs cognitifs-objectifs (pour les ressortir ensuite, au cours d’un va-et-vient permanent qui est une pratique courante de la vie sociale) que la reconnaissance que ce qu’on appelle « espace » est déjà en nous. La science de l’espace est nécessairement, au moins à un moment d’une carrière de « spatiologue », une pratique réflexive.

Vouloir saisir l’espace est de toute façon démiurgique ; vouloir en parler, aussi, et c’est l’échec qui fait dire aux dér/boutés qu’il n’existe pas, et qu’on ne peut travailler que (sur) la forme, car le reste, s’il en est un, ne peut se situer qu’en dehors des capacités de l’entendement humain, du moins celles qu’en connaît l’objet. Tout le reste est chimérique, à tel point qu’on en oublierait le monde, qu’on pécherait d’indifférence, d’oubli du « réel » auquel on préférerait les lustres de la vérité. L’autoflagellation s’ensuit, alors qu’on veut dire, sans forcément le crier, que l’humain et l’espace sont une seule et même chose. L’un est l’autre. On peut le dire, on le dit ; et je ne comprends même plus qu’on s’acharne encore, dans la veine spatiologue des sciences sociales, à penser l’espace de manière indépendante, comme s’il avait des lois propres, des fonctions attitrées. On ne ferait rien de mieux que les architectes. Mais, d’un côté, a-t-on raison de vouloir mieux faire ? On vit très bien sans, y compris les géographes qui, lorsqu’ils se rangent de leur côté, bénéficient à leur tour d’opportunités de carrière enviables. Plus avant, est-il bien sain et raisonnable de vouloir faire exister l’espace hors de ce qu’on en voit, objectivement, pour satisfaire un appétit philosophique tout personnel dont il serait égoïste de prétendre faire profiter les autres ?

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on fait.

Ses qualificatifs sont ceux qu’on a donnés aux manifestations, c’est-à-dire aux projections, répondant au besoin (existentiel) de faire (exister) une configuration, un agencement interne au fonctionnement psychique, cognitif et social d’un individu, d’une communauté, pour qu’il/elle puisse en prendre connaissance et s’en saisir comme un instrument de pouvoir, sur lui/elle-même et sur les autres. Comment s’explique que l’espace qui est toujours/déjà contenu en moi soit agencé de cette manière ? Comment expliquer que je me comporte ainsi dans un tel environnement, c’est-à-dire dans une telle organisation d’éléments distanciés pour fonctionner ensemble ? Que les savoirs géographiques qu’on m’apprend résonnent en moi moins qu’ils ne me sonnent ? Ce sont les questions que je pose, consciente que si l’espace préoccupe au point d’être monté en « dimension du sociétal », c’est qu’il habite plus qu’il est habité. Il n’est pas passif, il n’est pas même créé ; il est les acteurs, et par là même, la géographie dépend peut-être entièrement des acteurs, spatiaux au cœur.

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on fait.

C’est le grisement qu’on ressent quand on se retrouve face aux réalités d’une distance vertigineuse, la joie de pouvoir nommer du lointain, d’attraper par le langage des éléments, territoires, objets, environnements sur lesquels on n’aurait pas prise autrement, la volonté de puissance associée au voyage, la banalisation de l’enrichissement de son « capital » dans la mobilité passée exercice quotidien, quotidiennement réussi pour les plus chanceux. Ce sont des réagencements périodiques de l’interne au contact, par l’enveloppe corporelle et surtout cognitive, de l’altérité dans son sens le plus large, qui expliquent au moins en partie que ce soit ainsi que les hommes vivent, en les lieux et places où les assignent (consignent) nos pratiques du terrain, que les traitements sociaux de ce qui se passe en surface signifient telle ou telle chose, et que cette chose soit toujours différente selon l’acteur – qu’importe sa dimension – auquel on s’adresse, parce que c’est lui qui détient les clés de l’attribution des fonctions situées, en acte ou en puissance.

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on fait.

Parce que c’est trop facile de mesurer des rapports métriques maintenant qu’on les « métrise », et que c’en devient indécent quand on prétend avoir fait prendre à sa science le « tournant actoriel » nécessaire. L’acteur n’intéresse, étrangement, que dans sa dimension non spatiale. Elle demeure psychologisante – comme si c’était la seule manière d’internaliser l’altérité -, vaguement politique, via la notion d’intention, qui suppose un arbitrage dont les facteurs sont laissés à l’abandon, au profit de… l’arbitraire ? La complexité de l’acteur n’intéresse pas. C’est pourtant en l’explorant qu’on peut approfondir la connaissance (nécessaire) des qualificatifs. (Quels) géographes à ce (leurs) poste(s) (?)

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on fait.

Il est avant, dans la chronologie, plus en amont ou plus au fond en métrique, au cœur en pratique, dans la pratique quotidienne des acteurs – de quoi, du coup, s’ils sont toujours/déjà espaces ? De la vie en société, même, dans la mesure où il participe, avec l’espace qu’on leur inculque, à régir les métriques terrestres (connectées à la dimension matérielle en grand de l’humanité), elles-mêmes génératrices d’une nouvelle altérité, donc de nouveaux espaces (intérieurs) nés des processus de communication (ce qui est transmis – l’objet – et comment il se transmet – les conditions, la méthode, les mots – sans négliger la « part d’ombre » – l’objet involontairement transmis – ni les effets secondaires) entre l’altérité et l’intériorité. Cela implique de s’interroger sur les processus de transmission des savoirs, géographiques et non géographiques (par jeu d’associations, ils finiront bien par s’y rapporter). Quels spatiologues, chercheurs par choix et un peu de force car a priori mauvais ailleurs, pour se pencher sur ce qui les met en danger ?

L’espace dont je parle n’est pas celui qu’on fait, et j’accuse les géographes d’avoir pris trop complaisamment le bâton tendu par les « métrisiens » sans prendre, paradoxalement, la mesure de ce qu’ils laissaient en route.

L’espace dont je parle est peut-être celui qu’on est.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.