Septembre 2016

Feu(x).
(Un)set(tling) fire.

Cité dans Les terres inhospitalières…

XVIe. Source : France Bleu.

« Nous allons étudier un problème où l’attitude objective n’a jamais pu se réaliser, où la séduction première est si définitive qu’elle déforme encore les esprits les plus droits et qu’elle les ramène toujours au bercail poétique où les rêveries remplacent la pensée, où les poèmes cachent les théorèmes. » (Bachelard 1949, p. 12)

Est-il encore temps de suivre Bachelard dans sa Psychanalyse du feu ? Des faits récents nous y inviteraient presque : un centre d’accueil incendié à Forges-les-Bains, le 6 septembre, un autre à Arès, le 13 octobre, et un dernier en date, celui, qui n’a pas attendu de prendre feu pour enflammer (Le Guen 2016, Pinçon-Charlot 2016, Piolatto 2016), du 16e arrondissement de Paris, le 17 octobre[1]. Ajoutons à la liste les « coups de feu » tirés contre les centres de Saint-Hilaire-du-Rosier, près de Romans en Isère, et, en Loire-Atlantique, de Saint-Brévin-les-Pins, et tous les matériaux seraient réunis pour que le chercheur en sciences sociales verse dans la pyromanie. L’avant-propos de Bachelard l’en refroidit, et c’est peut-être pour cela que nous avons jugé bon d’en citer cette phrase en chapeau. On trouve encore ceci : « Aucun progrès n’est possible dans la connaissance objective sans cette ironie autocritique. » (Bachelard 1949, p.18). On s’autoriserait presque, encouragés par l’insolente recommandation des directeurs du Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés à « être sérieux sans se prendre au sérieux » (Lévy, Lussault 2013), à nourrir l’exercice d’une pyrosémie (n.f. : néologisme composé des racines grecques « pyro », feu, et « sêma », signe) diachronique de contributions artistiques récentes : on dirait, à partir des belles « Brûle » de Sniper et, plus récemment, de « En feu » de Soprano, que la diffusion des pyrosèmes (n.m. : néologisme issu de la même construction que ci-dessus) dans la culture hip-hop pourrait inciter les jeunes générations, qui en sont les principales consommatrices, à des tendances pyromanes susceptibles d’expliquer que le feu se manifeste, d’année en année, comme le moyen d’expression répandu d’une « colère spatiale », et, partie synchronique, comme le dénominateur commun de ces quelques événements. Puisqu’il faut souvent composer (à partir d’)un paradoxe, on se fendrait de joie à identifier le déploiement, dans les classiques « Chanson pour l’Auvergnat » (« Ce n’était rien qu’un feu de bois / mais il m’avait chauffé le corps / et dans mon âme il brûle encore / À la manière d’un feu de joie »). et « Hospitalité » (« Le chien n’est pas méchant qui grogne à tous les diables / Qui m’aide à renvoyer proprement les salauds »), du champ sémantique du feu, les sèmes renvoyant à des symboles d’ouverture à l’autre que, filiations aidant, on retrouve parfois sous le nom de « chaleur humaine ».

Cette suggestion de démonstration et de style n’est pas une plaisanterie, aussi on n’en fera pas trêve ; car les faits que nous mentionnons posent la question de la relation des sociétés aux centres d’accueil pour « réfugiés », et qu’on pourrait tout à fait envisager, au vu du « sérieux » avec lequel les chercheurs spécialistes des migrations et du cosmopolitisme prennent leurs entreprises épistémiques, de voir paraître dans quelques revues amatrices de « regards pluriels » sur ces sujets des réponses pyrométriques (n.f. adj. : terme emprunté à la physique en référence aux « métriques » lévisiennes [Lévy 2013]) à l’injonction de mesure des rapports des sociétés d’accueil à leurs centres. Ils donnent aux sciences sociales l’occasion de raviver le feu de discussions déjà anciennes : pour que le questionnement des « rapports des sociétés d’accueil à leurs centres » puisse légitimement structurer une recherche, il faudrait d’ores et déjà, a priori comme au cours du travail, cerner les contours et les paramètres de la « société d’accueil » dont on parle. Quelle peut être la concrétude d’une notion qui désigne en général la désuète « nation » gouvernée par l’Etat décidant des opérations d’hébergement des réfugiés ? Donner une réponse négative, résignée à ce que la « société d’accueil » ne soit guère qu’un mot-valise qu’il serait trop dangereux d’employer dans des travaux à visée scientifique, n’élimine pas les questions pour autant : si aucune interaction concrète n’a lieu entre les groupes d’individus caractérisés, dans les termes, par une fonction d’accueillant ou d’accueilli, peut-on encore parler d’accueil – et, de surcroît, le présenter comme son objet de recherche ? Le sens de ces questions (de sens) prend une valeur particulière quand il est lu à l’aune de ces événements qui, parce qu’ils conjuguent la signifiance a priori de l’acte avec la faiblesse de leur portée médiatique et de leur impact politique, autorisent le chercheur à poser des questions apparemment reléguées, au vu de leur tout aussi faible rayonnement scientifique, au bas de l’échelle de l’urgence[2].

Les chercheurs en sciences sociales peuvent être plus particulièrement sollicités pour expliquer les événements – les « géographies du 13 novembre » proposées par Jacques Lévy l’année dernière en témoignent par exemple (Lévy 2015). L’ambition d’une interprétation des « feux » survenus dans les deux derniers mois doit pourtant être autre : elle ne peut se vanter de nourrir quelque théorie de l’événement dans la mesure où, en dépit de leur potentiel « d’événements spatiaux » (Le Guen 2016), voire de « catastrophes » (UNISDR 2009), ils ne font pas événement. Si on ne peut que spéculer sur les motivations éventuelles des auteurs, dont on ignore encore l’identité, on ne peut que remarquer l’écart entre l’impact qu’auraient pu avoir ces actes et celui qu’ils ont effectivement. Faute de moyens techniques, de compétences ou de tendances pyromanes suffisamment fortes pour augmenter leurs chances de donner lieu à un événement ? Si on était plus tête brûlée que nous voulons l’être ici, on pourrait conjecturer que les « incendiaires » visaient par là à « apporter leur pierre à l’édifice », en signalant, à défaut d’autres options disponibles dans leur palette d’actions, leur potentiel en tant qu’agents régulateurs par la négative, au sens systémique, d’une politique mise en œuvre depuis le haut et sur laquelle ils n’ont pas prise. En ce sens, leurs actes participeraient du mouvement initié par les pouvoirs publics engagés dans une telle politique plus qu’ils ne contribueraient à l’affaiblir. Si on poursuit encore, on peut aller jusqu’à dire qu’il est indispensable de les prendre en compte dans la manière dont se déploie la politique d’accueil en France, non seulement parce qu’ils en constituent des éléments interprétatifs intéressants – plus que signifiants, puisqu’ils ne modifient pas la trajectoire des territoires – mais surtout parce qu’ils en sont indissociables. L’action d’accueil des membres de la société qu’on qualifie ainsi, c’est aussi cela : des actions modératrices de la cohabitation qu’elle sous-tend. Voilà une composition possible (autour) du sens du feu – fin de l’explication de l’événement qui ne se nourrit, évidemment, d’aucune source précise d’informations à ce sujet.

Je crois en fait que la question n’est pas là ; le feu ne faisant pas événement, il paraît moins pertinent d’interroger le sens du feu comme objet commun aux faits rassemblés, comme on procéderait en général pour l’analyse d’un événement, que les logiques intervenant dans le processus de « non-événementialisation » desdits faits. Je ne sais pas s’il y a de quoi s’étonner, mais feignons-le quand même : les actes de pyromanie représentent a priori des risques, mais leurs dernières occurrences ne sont guère considérées comme des désastres. L’état des lieux post-incendie n’a révélé que des conséquences matérielles négligeables, des dégradations de façade desquelles la fonctionnalité de l’espace créé ne souffrirait pas, et qui ne rendraient pas nécessaires un report de l’ouverture. Dans tous les cas que nous mentionnons, seul le centre d’accueil de Forges-les-Bains n’a été ouvert qu’un peu en décalé par rapport à la date prévue. Le rythme de la procédure de placement étant ce qu’il est, synchronisé à celui des procédures de traitement des dossiers des demandeurs d’asile, ni quelques jours ni même quelques semaines de différence dans le calendrier ne sauraient guère être considérés comme des ralentissements. Sans doute est-ce pour cette raison que l’identité des responsables reste inconnue à ce jour : non tant en vertu des réputées propriétés nettoyantes du feu, qui en feraient une stratégie criminelle redoutable, que de la mollesse des enquêtes, qu’on peut lire à travers les articles de journaux qui n’en précisent pas les modalités de conduite, comme cela a été fait pour les attaques « terroristes » de l’année passée, dont on avait d’ailleurs tôt fait de mettre un nom et un visage sur les responsables présumés – trois jours en moyenne, si l’on se fie aux publications dans les quotidiens nationaux de France et de Belgique, pour l’attentat du 22 mars. D’après les journaux, et juridiquement sans doute, il y a enquête ; est-on pour autant en quête du coupable ? Le pouvoir d’attraction et de fascination du feu, que Bachelard discute longuement dans son ouvrage, tombe à l’eau, à défaut d’enfer. L’attention franchement limitée des médias, et en particulier de la télévision, à l’égard de ces faits peu « spectaculaires » si on en croit les images qui nous parviennent, a sans doute concouru à ce que la diabolisation qu’on aurait pu, à grands coups de mythologie, associer à l’acte pyromane, ne prenne pas, ni même ne naisse. Le feu est pourtant censé mettre en lumière quelque chose et consiste précisément ici à attirer l’attention sur une portion de l’espace circonscrite a priori, sans que cette circonscription soit rationnelle d’ailleurs (elle n’a pas forcément à faire lieu et encore moins territoire, l’incendie déjouant la fixité des limites) en vue de son inflammation. La réactivité des pompiers a sans doute contribué à ce que le feu ne conquière pas un tel sens. Mais elle contribue surtout, selon moi, à le faire glisser au rang chargé des « formalités » prises en charge par un système de secours performant – c’est évidemment paradoxal, l’intensité de la menace devant a priori être maximale dans les configurations urbaines. « L’hyperspatialité » qui d’après Lussault (Lussault 2013a, Lussault 2013b) en est caractéristique est ici la raison pour laquelle le feu est maîtrisé. La conformation du discours médiatique à cette configuration, qui tend à la faire passer pour évidente et systématique alors qu’elle ne l’est pas, explique en partie que les pompiers soient, dans la mise en scène qu’il propose, les « maîtres du feu », au détriment de ceux-là mêmes qui l’ont déclenché. Cette dévaluation de l’acte pyromane me semble constituer une clé de compréhension de la forme de ces faits, pour des raisons qui, on l’a vu, tiennent moins au feu qu’à son traitement par les sociétés comme une offensive mineure à l’égard du système établi.

Remarquons que nous nous sommes gardés d’utiliser le terme d’acteur. Si ce parti pris oulipien parmi d’autres doit être justifié, puisqu’il aurait été tout à fait cohérent de convoquer la notion pour désigner l’auteur d’un acte visiblement – cela ne semble faire guère de doute – intentionnel. Ce qui m’empêche de le faire est un autre signe d’une médiatisation manquée des incendies : leur non prise sur le système décisionnel, leur entrée dans les débats animant la sphère des « décideurs » se limitant à quelques invectives politiques formelles, telle celle de Ian Brossat à l’endroit de Claude Goasguen, qui n’a même pas rétorqué, préférant se ranger du côté « des bons » en condamnant fermement les actes commis. Quand on attendrait d’un événement qu’il transperce les enveloppes des entités constituées dans le cadre d’une configuration politique donnée, y compris des échelles, comme l’a montré Jacques Lévy, on se retrouve ici avec quelques faits-divers qui, en plus de ne pas faire plus d’effet qu’un pétard mouillé dans les milieux cibles, n’instaurent guère de porosité entre les groupes d’acteurs impliqués dans l’action menée au nom de la « société d’accueil ». En cela, la non-événementalité des faits pourrait agir en révélateur, sinon en catalyseur, d’une certaine crise de l’actorialité, c’est-à-dire du statut, de l’expression et de la puissance de l’individu en tant qu’acteur. C’est ce que traduit le maintien en l’état du calendrier, qui exprime une vision très simple, à la mode territoriale, de (ce) qui fait acteur et (ce) qui ne le fait pas, ce qui est bien évidemment contestable au vu des prises que peuvent avoir, même quand celles-ci ne dépassent pas le stade de la puissance, les actions d’individus non décideurs sur le cours d’un processus politique, bien connues et mises en exergue à l’heure déjà tardive du « tournant actoriel » (TIGR 2004). Mais au-delà du débat conceptuel, je crois que la dérision de l’actorialité des individus a, pour le coup, des implications tout à fait sérieuses : en s’appuyant sur les résultats de recherche – fictive – d’un « pic de chaleur », qui révéleraient sans doute qu’il a été atteint plusieurs mois avant les dits feux, on peut, on doit admettre que l’échelle d’intensité des rapports sociaux, désynchronisée de celle des combustions physiques, nécessite, pour être appréhendée, des métriques spécifiques que les sciences sociales me paraissent à même de fournir avec les outils théoriques et méthodologiques dont elles disposent déjà mais qui, faute de synchronisation – et de synchorisation ; peut-être regardaient-elles ailleurs, et elles avaient sans doute raison – avec le traitement médiatique des faits, ne semblent guère contribuer à leur transformation en information. Soyons clairs : l’antériorité et l’anachorisme du feu par rapport aux dits feux laisse prospecter qu’il puisse également leur être postérieur, ou ailleurs. Qu’il s’exprime sous forme de manifestation ou d’incendie, le feu comme expression particulière, à travers un filtre émotionnel, de l’intensité des rapports sociaux, pourrait intervenir à d’autres moments de leur développement. Si on soulignait, avec quelques riverains interviewés dans le 16e arrondissement, qu’ « heureusement qu’il n’y avait personne dedans », ce serait pour signaler les dangers d’un déficit d’anticipation – liée à une compréhension malaisée – des processus sociaux à l’œuvre dans le déclenchement des feux que nourrit notamment, me semble-t-il, l’incertitude quant à ses « prises » sur les situations.

Reste, si on veut être utile, à identifier ces moments. Or, et la tâche en est corsée, ils ne sont pas toujours/déjà identifiables de manière précoordonnée : le « tournant » que constituerait le passage du mode virtuel au mode physique des relations sociales, dont on pourrait supposer l’avènement au moment de l’installation des migrants dans les centres d’accueil, n’est pas forcément le lieu où il faille attendre que l’intensité augmente, et éclate. La preuve en est que l’attaque vise moins un groupe de personnes – les réfugiés, les « réfugiés » (Le Guen 2016) – qu’un processus spatial (l’accueil, l’installation, « l’implantation », pour reprendre le terme utilisé dans le nom de l’association montée par un habitant de Saint-Brévin-les-Pins contre l’accueil des migrants) dont la matérialité, réside, au stade de l’annonce, dans les emplacements qu’il réserve. Leur proximité topographique et/ou topologique, leur tangibilité, leur concrétude et leur aptitude à concrétiser ce processus sur lequel, pour des raisons qui tiennent à une gouvernance inadaptée, alimentent la « mise en lieu » de l’édifice, dès lors intégré dans un système de relations car faisant exister quelque chose. Qu’il convienne d’adjoindre ce processus géographique (au sens propre : il s’agit bien d’une écriture du monde, au charbon) de topo- et de « chorogénèse » (Le Guen 2016) à la réflexion ne me paraît pas juste être une lubie de géographe. C’est peut-être même sur ce mode que se construisent effectivement les rapports sociaux aux « réfugiés » et que leur réalité, dont la distinction virtuelle/physique perd dès lors de sa valeur, peut être interprétée.

Qu’on me permette alors d’ajuster à cet éventuel impératif (de complexité dans le raisonnement) spatial quelques pistes d’interprétation du non-changement – consécutif aux non-événements – du calendrier et de la stratégie politique :

  • Elle exprime une réponse à l’aveuglette des territoires à des préconisations systématiques qui circulent sans embûche dans les tuyaux de la hiérarchie administrative. C’était précisément ce que dénonçaient les manifestants du 16e arrondissement en mars dernier : que l’Etat impose ses directives à la Mairie de Paris et que ce même ordre soit formulé par cette dernière aux mairies d’arrondissement. La stratégie repose sur le découpage et l’emboîtement territorial qui constituent, quoi qu’on dise, des vecteurs de simplification de la réflexion spatiale.
  • Elle s’obstine dans une conception tout aussi simple de l’actorialité. Elle se traduisait, pendant le processus de négociation pour la création des centres d’accueil, par l’absence de consultation des résidents des communes concernées. La relation entre les associations promotrices et instauratrices des centres d’accueil et les habitants s’effectue plutôt par transmission d’informations, lors de réunions organisées une fois ou deux afin de porter à connaissance les « nouveautés » à l’œuvre « dans » le « territoire ». Cela vaut pour les centres d’accueil contemporains. De manière révélatrice, à Paris intra muros, la plupart des riverains des centres ignorent qu’ils le sont. Seulement, l’abondance d’informations, même désorganisées et/ou contradictoires, au sujet des « réfugiés » et de leur accueil en centres fait qu’on sait ce que c’est, et qu’on sait surtout, parce que ces processus engagent l’Etat, que savoir, c’est, en fait, exprimer un positionnement en tant que citoyen. Le jeu entre mitoyenneté et citoyenneté est, à l’heure de la surinformation (on désigne par là des informations surajoutées les unes aux autres) au sujet de l’accueil des « réfugiés » en France, en pleine reconfiguration ; pas la manière dont est conduite l’action publique en la matière.
  • Elle file, avec les associations qui le défendent, le coton de l’urgence d’accueillir. On l’a vue au paroxysme de son activité quand, en mars, on s’émouvait avec Monique Pinçon-Charlot que le riche 16e fustige ainsi les « démunis » pour qui le centre d’accueil était prévu (Pinçon-Charlot 2016). C’était pourtant normal ! S’arrangeant de ce discours révolutionnaire, Claude Goasguen dénonçait la tendance pesante de la Mairie de Paris à vouloir « fesser le bourgeois ». Cette rhétorique partage, avec la structuration territoriale du processus social de l’accueil, de véritables pouvoirs d’épuration de la réalité qui, en tout cas quand c’est nous qui la traitons, montre que la composition du groupe des « accueillants » n’est en aucun cas déterminée par les critères socio-économiques, topographiques et territoriaux à travers lesquels les administrations perçoivent l’accueil et justifient qu’il ait lieu à cet endroit-là (Le Guen 2016). On ne peut pas, dans l’état actuel de nos recherches, aller au-delà de la mention de cette distorsion ; elle alerte, en tout cas, sur la possibilité que les « incendiaires » ne soient ni les plus « riches et possessifs », ni les plus proches des infrastructures. L’étude des « riverains » et des « territoires » est insuffisante pour comprendre le rapport social à l’accueil ; c’est pourtant celle qu’on privilégie, en politique comme en recherche.
  • Elle continue de minimiser, a priori (parce que les incendies touchent le centre d’accueil en tant que portion d’espace), la pensée, la production et le transfert de toute information spatiale relative aux centres d’accueil, en pratiquant une politique « d’intégration environnementale » où l’espace ne compte pas. L’infrastructure a subi des incendies – la stratégie consiste alors à la cacher, à des fins sécuritaires qu’on peut comprendre. Si on peut prospecter qu’elle soit mise en œuvre, c’est parce qu’elle est déjà appliquée : les centres d’accueil, en plus de n’être détectables que par une adresse, c’est-à-dire par des coordonnées et non par des données spatiales, ont l’herméticité pour principe de leur politique interne. Tout est fait pour qu’il n’existe pas, alors même que le géotype existe, alimenté par les informations pléthoriques qui circulent en nombre et qui permettent d’envisager, à défaut d’autre chose, le profil spatial des centres d’accueil et la manière dont ils pourraient influer sur les spatialités. Le centre d’accueil pourrait constituer la source d’informations explicites, précises dans leurs sources, leurs procès de production et leurs modes d’administration, concrètes, pouvant servir de référence et d’outil d’évaluation de ces informations. Un centre de documentation ? Ce n’est évidemment pas l’objectif. S’il y en avait un, on lui préférerait celui de la concrétisation des centres d’accueil, c’est-à-dire – il est temps de le préciser – de l’ancrage des centres d’accueil dans l’espace des pratiques sociales, par lequel les individus peuvent exprimer leurs compétences.

Frustrés dans leur pratique spatiale, les incendiaires ? Doublement, même, puisque leurs actes n’impactent guère la spatialité politiquement consensuelle des centres d’accueil ? En tentant de montrer que l’incendie – à différencier, donc, du feu tel qu’on s’est plu à le définir un peu plus haut – constitue une pratique de l’espace (qui est, en fait, une pratique de l’interspatialité proposant (plutôt qu’effectuant) une rétroaction négative sur un système – ici politique – de relations des éléments semblant relever ou symboliser différents types de spatialités), on passerait presque pour l’avocat du diable. Si l’idée que nous soumettons entre parenthèses n’est qu’une conjecture franchement expérimentale dans sa formulation, elle ouvre des perspectives théoriques que les sciences sociales pourraient trouver plus intéressantes que les faits sur lesquels, il faut l’avouer, il est bien tentant de dresser une monographie et de convertir en événement – épistémologique, en tout cas. Car les incendies sont bien les moindres des preuves empiriques qui nous permettent d’envisager en théorie le fait que l’espace est de plus en plus vécu sur le mode de l’interspatialité, c’est-à-dire de l’ajustement constant de ses propres spatialités à la réalité, médiate et immédiate, du contact avec d’autres pratiques. En ce sens, toute relation à l’espace, et le champ d’étude sur l’accueil le montre bien, fait avec l’interspatialité, qu’on pourrait même aller plus loin en spécifiant comme cospatialité, tant les échelles s’en trouvent brouillées et les différents espaces coextensifs : être mitoyen d’un centre d’accueil, c’est bien (devoir) faire avec le Monde ; être exposé à la montée des eaux, c’est être confronté à un changement planétaire d’espaces qu’il n’est plus pertinent de discriminer en fonction de leur taille. Même la recherche le révèle : pour étudier un événement mondial, on mène souvent des études de cas localisées, si bien que le plus petit espace peut devenir très grand d’un point de vue épistémologique, qui n’est qu’une manière plus spécifique de dire « du point de vue de la spatialité ». Ces transformations de la spatialité et de la spatiologie, les chercheurs, comme les sociétés, font avec ; mais ils sont mieux armés et les plus ambitieux en matière théorique semblent se désintéresser des questions de mise à disposition et en accès des instruments permettant aux individus de penser ces changements. Je crois pourtant que les manifestations de panique, ces feux divers qui sont parfois incendies, mots, discours, analogies trop rapides, traduisent un manque d’éducation spatiale paradoxalement situé dans l’angle mort d’une géographie voguant tranquillement dans un océan de concepts où cohabitation (Lussault, 2013b) et dynamique des spatialités sont admises depuis longtemps, et s’empressant, dans ses courants les plus engagés, de faire la morale à ceux qui ne l’ont pas compris. Qu’on se le dise : l’espace des migrations, cette « planète » dont Gildas Simon nous parlait dans des temps qui semblent aujourd’hui lointains (Simon 2008), est appelée à faire partie de l’expérience commune de l’espace. Cela vaudrait bien un partage – et un approfondissement de la réflexion sur les manières de le faire, au-delà de son incursion dans le programme de géographie du cycle 3, des réflexions sur l’habiter. Feu.

Bibliographie :

Bachelard, Gaston, 1949 (2015). La psychanalyse du feu. Paris : Folio, coll. Essais.

Le Guen, Mélanie, 2016. Hospitalités. Expériences urbaines à l’heure de l’accueil des « réfugiés ». Mémoire de Master 1, Université Savoie Mont Blanc.

Lévy, Jacques, Lussault, Michel, 2013. « L’espace pris aux mots ». Préface à la première édition du Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, p. 13-27. Paris : Belin.

Lussault, Michel, 2013a. « Hyperspatialité », in Lévy, Jacques, Lussault, Michel (dir.), Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, p. 521-522, op. cit.

Lussault, Michel, 2013b. L’avènement du Monde. Paris : Seuil, coll. La couleur des idées.

Pinçon-Charlot, Monique, 2016. « À Paris, le XVIe refuse un centre pour SDF : le signe d’un puissant sentiment d’impunité. » Le Plus. Nouvel Obs, 16 mars.

Piolatto, Clara, 2016. « Le Centre d’Hébergement Provisoire du XVIe : comment les architectes défendent leur projet ? » Urbanités, 7.

Simon, Gildas, 1998. « L’accueil en chiffres ». Courrier de l’Unesco, p. 23-25.

Simon, Gildas, 2008. La planète migratoire dans la mondialisation. Paris : Armand Colin.

TIGR, 2004. « Nouvelles approches de l’espace », EspacesTemps.net, Brèves.

UNISDR, 2009. « Terminologie pour la prévention des risques de catastrophe », Genève : Nations unies, p. 13.

Résumé :

Pas si pyr. Les incendies des bâtiments mis à disposition pour accueillir prochainement des migrants passent presque inaperçus tant des points de vue médiatique que politique, malgré leur charge sémantique a priori, leur fréquence, leur ubiquité et le risque potentiel qu’ils représentent à quelques semaines des premières arrivées, dont le calendrier n’a connu que des modifications superficielles. Equivoques dans leurs sens et inabordables comme événements, l’attention qu’il faudrait leur prêter en tant que chercheur en sciences sociales pose question. Au point que l’ironie côtoie, dans l’interprétation et dans l’écriture, une certaine inquiétude qui interdit de minorer les faits et invite même à repenser l’approche spatiale des flux migratoires.

Mots-clés :

Centre d’accueil, Paris, « accueil », migrants, événement, acteur, habiter.

Abstract :

In the past month, several buildings serving as places to host migrants in France were set on fire. Though likely significant, frequent, ubiquitous and potentially threatening as the first migrants are about to settle, the fires were barely taken into account by the media and by the political actors who barely modified their agenda since then. Their « eventlessness » adds to the uncertainty and hermeneutical embarassament as for the meaning of these facts. What amount of attention and credit should social sciences pay them then ? This essay reflects this reflexive questioning of research practice and practices in the field of migrations.

Keywords :

Reception centres, Paris, migrants, hosting/welcoming, event, actor, inhabiting/dwelling.

Auteur :

Mélanie Le Guen est étudiante en Master 2.

[1] S’est ajouté, depuis la rédaction de ce texte, celui du centre d’accueil de Loubeyrat en Auvergne le 24 octobre. De pyr en pyr.

[2] On peut notamment penser à un court article de Gildas Simon, fondateur du laboratoire Migrinter intitulé « L’accueil en chiffres », dont la parution au Courrier de l’Unesco en 1998 semble quasi anecdotique dans la bibliographie de l’auteur. Il y précise que la difficulté de l’exercice de « chiffrage » qu’il s’impose tient moins des techniques de quantification de phénomènes dynamiques que de la définition de l’accueil, qui fait évidemment varier les données. « “Accueillir” des immigrants ? Le mot lui-même est ambigu […]. Selon quels critères pourrait-on donc classer les différents “pays d’accueil” entendus au sens le plus large, celui de pays recevant des immigrants ? » Ce questionnement fait bien l’objet du « bref survol » qui le titre (Simon 1998).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.