Janvier 2017

Sur l’économie de l’hospitalité
(extrait d’Hospatialités…)

Cité dans Les terres inhospitalières…

Annexe 2f – Intégral

Ce texte est un warm-up avant la réalisation d’un exercice évalué et noté dans le cadre d’un module de Master dont le thème, « Habiter la mobilité », et les sorties effectuées (au terminal Affaires d’un aéroport notamment) se prêtaient bien à ces réflexions.

(c) Mélanie Le Guen

Comme dans toutes les solutions de gestion des paradoxes, habiter la mobilité est un luxe. Elle donne à l’individu un sentiment de toute-puissance sur les temps, les rythmes, les espaces et sur l’ordonnancement logique, institué, de l’expérience et de l’existence humaine. On pourrait croire qu’elle exprime la capacité des hommes à faire avec, fluide, go with the flow, mais c’est tout le contraire : elle témoigne de l’aptitude effective de l’individu à prendre – à comprendre ? – toutes les dimensions de l’existence dans des configurations où elles sont a priori les plus difficiles à saisir et à faire siennes, propres, et ce quand bien même il n’en aurait pas, lui, l’individu qui fait, la/les compétences pour. A quoi bon ? Il l’achète et on les lui fournit. Si c’est à ce prix que l’on habite, c’est aussi à ce prix que l’on bouge – que l’on existe, en fait, en tant qu’individu-partie d’une société mobile.

Les compétences, ce sont d’autres individus que les individus mobiles qui les ont. Et ce n’est pas tant les « opérateurs » qui les ont que l’organisation qu’ils constituent et par laquelle s’exercent et se vendent ces compétences. L’individu mobile confie à d’autres le soin d’aménager la mobilité pour qu’elle lui soit appropriable. Sans ces intermédiaires, la mobilité n’est pas habitable pour le pratiquant, en partie parce que cela nécessite des compétences de com-préhension de la complexité qu’un individu seul ne peut avoir. La subsistance de ces intermédiaires repose sur une économie de l’hospitalité qui consiste précisément à offrir ces compétences en services. Le contrat passé entre « l’usager » et « l’opérateur » (celui qui rend possible cet usage et fait que l’individu devient usager… en propre) veut que la communication s’arrête là où le transfert de compétences est susceptible de se produire. Quel métier, sinon, pour ceux qui assurent l’actualisation de l’individualité des autres ?

Cette accession des autres à la pleine existence – dans leur monde de référence –, elle est permise par des agencements fort ingénieux d’individus, de compétences, d’idées, de méthodes, de machines. Ces agencements ont leurs espaces, comme ils ont leurs hommes – et c’est la caractéristique des uns comme des autres que d’être habités par la mobilité… des autres. A moins que ce ne soit eux qui habitent la mobilité des autres, par le pouvoir que leur confèrent leurs compétences recherchées. Il faut saisir cette interdépendance des mobilités pour comprendre quels sont les contrats (co)-existentiels qui se tendent entre des individus mobiles et par laquelle ils (ré)itèrent la tentative (parfois réussie !) de faire société… contemporaine.

Dont on peut lire encore les échecs en regardant l’organisation de ces mouvements comme un rapport de forces où les plus « capables » (économiquement) s’imposent comme actants d’un système qui n’existe que parce qu’ils le mobilisent. Mais je ne crois pas que ce soit avec une éthique moderne qu’il faille contempler cette économie qui marche et qui par là prouve que la cohabitation est possible et structurable.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.