Juin 2016, Août 2018

Projets de recherche

1) Cogitans colligens : approche pratique et critique de l’interspatialité dans les stages de développement personnel assisté par le cheval

Ce projet de mémoire s’inscrit dans le flot d’une recherche sur le sens du mot « accueil » initiée en Master 1. Loin des questions sur le « sens de l’hospitalité » (Gotman, 2001) soulevées par de nombreux auteurs, ma réflexion sur l’accueil cherche à réconcilier au moins deux de ses significations possibles : d’une part, l’accueil en tant que traitement social d’une « interspatialité » (au sens de Lévy in Lévy, Lussault, 2013), qui correspond à la recherche et à la mise en oeuvre de moyens et de discours pour la rendre acceptable, quitte à ce qu’il n’y ait, au sens commun, plus d’accueil ; d’autre part, l’accueil comme disposition des acteurs à l’avènement et à la pratique de l’interspatialité. Ces hypothèses se heurtent pour l’instant à plusieurs défis, dont le moindre n’est pas la validation de la pertinence même d’un concept d’accueil pour penser les sociétés contemporaines. C’est en ce sens que je chercherai à progresser pendant l’année de Master 2. Je propose pour cela un « glissement de terrain » (loin de celui, miné, des « réfugiés ») à travers lequel puisse se vérifier la polyvalence du concept, et qui confirme l’adéquation de ma démarche avec la transversalité exigée des théoriciens des sciences sociales décloisonnées. La pertinence du sujet tel qu’énoncé dans le titre mérite, me semble-t-il, plus ample réflexion et expérience en la matière. On peut en dire pour l’instant qu’outre la très forte mobilisation du terme « accueil » dans le discours ambiant, l’aspiration des animateurs et des participants aux stages à la création d’une « communauté authentique » (Kohanov, 2001) fondée sur la mise en partage et en rapport de plusieurs spatialités, interroge la manière dont on peut effectivement produire de l’interspatialité et les modalités de son fonctionnement à macro-échelle, le chercheur pouvant ainsi, en évoluant dans la maîtrise des outils ethnographiques, se saisir plus finement des « dimensions de l’agir »1 à l’oeuvre dans le processus.

Références explicitement citées :
Gotman, Anne, 2001 : Le sens de l’hospitalité. Essai sur les fondements sociaux de l’accueil de l’autre, PUF, coll. « Le lien social », 512 pages.
Kohanov, Linda, 2001 : Le Tao du cheval, Ronan Denniel, 454 pages.
Le Guen, Mélanie, 2016 : Hospitalités. Expériences urbaines à l’heure de l’accueil des réfugiés, Mémoire de Master 1 en Géographie, Université Savoie Mont Blanc, 138 pages.
Lévy, Jacques, 2013 : « Interspatialité », in Lévy, Jacques et Lussault, Michel (dir.), Dictionnaire de la Géographie et de l’espace des sociétés, Belin, 2e éd., 1128 pages.

2) « L’espace sacré de la possibilité » (Kohanov, 2001) : une approche de la conception de l’espace dans les stages de développement personnel assisté par le cheval

Ce projet de mémoire a pour objet l’espace comme objet premier de la Géographie. Il cherche à identifier les différentes acceptions du terme espace et ce qu’elles disent des sociétés occidentales contemporaines. Alors que les manuels et les stages de développement personnel fleurissent, sous l’œil amusé et souvent narquois du chercheur en sciences sociales (Lussault, 2016), le sens que la notion d’espace revêt sous la plume et dans les pratiques des dispensaires de ces nouvelles ressources reste peu étudié par les chercheurs. L’inclusion des animaux comme objets légitimes de la recherche en sciences sociales (Latour, Strum, 1987) participe de l’évolution de cette signification : le renouvellement de l’intérêt pour l’éthologie, et notamment de l’éthologie équine à travers les recherches entreprises dans les laboratoires de l’Université de Rennes, contribue à inventer de nouveaux sens de l’espace inspirés des pratiques animales. Comme acteurs véritables de la médiation entre l’homme et la Terre pour les praticiens de l’équithérapie, et notamment ceux formés à l’approche Eponaquest de Linda Kohanov (Kohanov, 2001), les spatialités équines font bouger les manières de voir l’espace, et en premier lieu ses échelles : un redimensionnement de l’espace se crée par l’application de sa définition élémentaire d’étendue organisée au corps (Desprest, 2010). Il s’applique aussi à un espace virtuel, défini comme « espace sacré de la possibilité » (Kohanov, 2001), conditionné par la capacité du groupe à générer une « communauté authentique » (Kohanov, 2001). Le sens de l’espace se déplace et les individus s’y replacent : c’est l’hypothèse de cette recherche qui s’appuie sur un terrain aussi spécifique que fécond et constitue le préalable à une étude, dans le cadre d’une thèse, de la nouvelle genèse du concept d’espace à l’heure du « tournant spatial » (Soja, 1989, Calbérac et al., 2015), qui, dès lors, a le mérite de réunir les sociétés et les chercheurs qui les servent autour d’une même préoccupation.

Calbérac, Yann, et al., 2015 : « Le tournant spatial à l’épreuve des sciences humaines et sociales », Journée d’étude, Calenda, publié le mardi 17 novembre 2015, https://calenda.org/346941

Desprest, Vinciane, 2010 : « Le corps comme espace d’accueil » : http://www.vincianedespret.be/2010/04/le-corps-comme-espace-daccueil/

Kohanov, Linda, 2001 : Le Tao du cheval, Ronan Denniel, 454 pages.

Strum, Shirley, Latour, Bruno, 1987 : « Redifining the social Link : from Baboons to Humans », Social Sciences Informations 26 (4), p. 783-802.

Lussault, Michel, 2016 : Hyperlieux, Seuil.

Soja, Edward W., 1989 : Postmodern Geographies. The Reassertion of Space in Critical Social Theory, Verso.

 

  1. Je convoque ici une piste ouverte dans mon mémoire de recherche de M1, où j’ai suggéré la possibilité d’étudier l’agir (comme procédure initiée par l’acteur selon des modalités à la définition desquelles il participe au moins en partie) en fonction de trois facteurs : « l’être-là », c’est-à-dire la dimension « toujours/déjà » spatiale de l’acteur dans une configuration qui ne dépend pas seulement de lui ; l’intention, c’est-à-dire l’impulsion et la direction que donne l’acteur à sa pratique ; et enfin la disposition, repris de l’anglais « disposition » (ou ethos), qui résulte d’un couplage complexe entre les antécédents de l’acteur et sa capacité d’adaptation de ses pratiques à une configuration spatiale donnée. Voir Le Guen, 2016, p. 97. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.