Septembre 2016

Petit vocabulaire de la transspatialité

Transspatialité : littéralement « au-delà de la spatialité », c’est-à-dire un dépassement, par une proposition théorique, de la fixité apparente (à caractère identitaire ?) de l’attirail de références et de compétences spatiales des individus. On peut articuler la transspatialité autour de deux axes :

  • La transformation de la spatialité, c’est-à-dire le champ d’étude consacré à la dynamique de la spatialité, déracinée à sa cheville géographique. On peut y montrer que les spatialités ne sont pas déterminées par les distances sociales instaurées a priori, en dehors de leur contractualisation à l’œuvre dans la communication.
  • La transmission de la spatialité, qui tente, en étudiant le processus même de contractualisation, d’évaluer la fiabilité du postulat : qu’à l’origine de la dynamique de la spatialité, il y ait un procès verbal. L’autre enjeu sera de faire de l’approche de la spatialité par le transfert une opportunité pour une réflexivité sur les pratiques de communication des savoirs liés aux spatialités d’individus et de groupes d’individus. La prédilection pour les phénomènes peut être complétée, enrichie et consolidée par un intérêt pour leur genèse.

« Transspatialité » (M. Lussault) : « spatialité spécifique [de] l’expérience spatiale majeure en même temps que de plus en plus routinisée : celle du franchissement d’une limite, d’un seuil, d’une barrière. […] La réalisation de la mobilité des individus implique donc de pouvoir passer à travers. » (2013). L’expérience du franchissement est-elle (seule) condition de la dynamique des spatialités (conçues, chez moi, comme rapports à l’espace) ? Si on fait l’hypothèse que les hommes portent, voire sont de l’espace, ne peut-on pas considérer la communication et le partage de spatialités comme une forme de transspatialité au sens de Lussault ?

« Traverser » (X. Bernier) : où « le mouvement participe de la définition spatiale » (ET, 2013). Par analogie, la transspatialité peut désigner la transformation de la spatialité par la mise en mouvement, que permet la communication, de la spatialité. « L’objectif de ce travail est donc d’étudier le traverser comme la mise en relation de deux espaces par une action circulatoire définie et projetée pour faire sens à travers et en dehors d’un espace référent. Organisée et finalisée, cette action relève d’un arrangement spatial dont la morphologie révèle des empilements de rythmes. Validée socialement, elle résulte d’un ordonnancement postcirculatoire de mouvements singuliers. » De ce point de vue, la transspatialité serait à la spatialité ce que le traverser est à l’espace.

Accueillir : action fondamentale de la transspatialité.

  • Traitement individuel/social de l’interspatialité comme interaction de rapports à l’espace.
  • Disposition individuelle/sociale à produire de l’interspatialité.
  • L’accueillir permettrait-il de faire société ?

Rencontre : configuration fondamentale de l’accueillir.

Spatialité : modalité de l’être-au-monde pouvant être objectivée et saisie d’autrui par sa mise en pratique et en discours.

« Spatialité » (Lussault, 2013) : « fondamentalement, l’activité permanente qui résulte de l’existence de la séparation et des distances ». Ici, c’est faire avec l’espace. Donc une réduction de ce que peut être la spatialité, c’est-à-dire l’histoire (la sémiotisation) de la pratique, en grand (avec et sans intermédiaire), qui est le résultat de son objectivation et la condition de tout échange. Introduire un tournant sémiotique dans la spatialité ? Ca voudrait dire que, parmi les « compétences de spatialité », il y aurait l’objectivation de la pratique et, plus largement, du rapport à l’espace. La compétence sémiotique est principe du faire-société. Elle s’accompagne nécessairement d’une exigence de réflexivité. Celle-ci en devient propulsée au rang de mission sociale de l’individu, bénéfique pour la société, donc pour lui-même.

Habiter : faire avec la spatialité (peut-être plus qu’avec l’espace). Soit l’habiter mobilise toutes les compétences de spatialité, soit il constitue une compétence à part entière. La maîtrise de cette compétence se vérifie par la capacité d’un acteur à faire avec l’espace quand ses spatialités ne sont pas a priori représentées.

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.