Janvier 2019

Après “Faut-il encore enseigner la géographie à l’école ?” : petit imaginaire de la géographie de demain
Journée d’étude, ESPE Paris, 9 janvier 2018

 

Plusieurs fois j’ai été confrontée à une remise en question de la nécessité de la géographie pour penser le monde – par des architectes, souvent, mais aussi par des géographes, même. Géographe de formation (et d’après nos informations), Patrick Poncet est l’un des premiers à dire de la géographie qu’elle est inutile et, de manière caricaturale certes mais signifiante tout de même, que si l’on rayait les géographes de la face du monde, il continuerait de tourner, car en fin de compte il ne lui apportent rien. Dans cette perspective, faut-il encore enseigner la géographie à l’école ? Pour former des géographes, certainement pas, s’accordent les participants à cette journée d’étude – mais pour former des “experts de leurs spatialités” (Muriel Monnard), c’est sans doute nécessaire.

Mais alors de quoi parle-t-on ? Faut-il quitter la case pratique qu’offre la géographie, changer d’étiquette et suivre Patrick Poncet dans son intelligence spatiale1, expression correspondant, en fin de compte, d’assez près à ce qu’on semble vouloir transmettre ? Imaginons un peu le paysage tel qu’il serait sans cette géographie qui pèse plus qu’elle n’avantage celui qui l’enseigne : laisser se resserrer les enseignements sur les “fondamentaux” (français et maths) et se développer les “Education à…” pour y disperser les graines d’un enseignement qui tirerait son nom d’une des très à la mode sept, huit, dix, vingt intelligences multiples telles que divers psychiatres les déclinent (et dont la spatiale ressort souvent), et qui nous permettrait de redorer le blason tout en “collant” aux exigences actuelles ; un “petit espace d’initiative” (Michel Lussault), une petite marge créatrice dégagée dans chaque “matière”, qui nous offrirait des plages libres pour “faire de la géographie sans dire qu’on en fait” (Dominique Chevalier), puisqu’il semble bien que le problème soit dans le dire et dans les représentations sociales associées à ce mot polysémique ; et enfin la perspective de pouvoir prolonger l’expérience apparemment réussie de l’enseignement de l’habiter en cycle 3 (les intervenants s’en émeuvent) en sensibilisant aux pratiques, à ses propres pratiques, qui relèvent de l’expérience élémentaire d’un espace à mettre en mots – d’une géographie à faire plutôt qu’à apprendre. On ne perdrait donc pas la -graphie dont Christophe Meunier faisait l’apologie, et avec elle la dimension littéraire que contient le terme géographie, en nommant “intelligence spatiale” cette géographie de demain si l’on assume la compétence sémiotique (ou herméneutique : capacité à produire du sens à partir d’une expérience brute) comme compétence élémentaire de spatialité, c’est-à-dire comme capacité à faire avec l’espace “sans s’y cogner”2 – car en comprenant le Monde on y fait de meilleurs choix (géopolitiques).

La solution réside donc peut-être bien dans la suppression de la géographie, comme l’avait envisagé Michel Lussault, provocateur, dans un premier temps de parole : si seul l’apprentissage de compétences spatiales importe, pour la bonne et simple raison que l’existence ne peut être conçue sans dimension spatiale, alors l’intelligence spatiale suffit, et les partenariats avec les professeurs d’éducation physique aussi. Mais il faut pousser l’intelligence jusqu’au bout, puisqu’il n’est pas question que de savoir-faire (et de savoir-dire), mais aussi de savoirs et de facultés cognitives pour comprendre le Monde. Nous disposons dans la discipline géographie, l’a dit Michel Lussault, d’un “squelette théorique” tout à fait remarquable depuis vingt ou trente ans, au point de faire envie à d’autres sciences. Mais comment didactiser ce corpus théorique, qui peut permettre de développer l’intelligence spatiale, alors qu’il manque encore d’accessibilité cognitive ? Il n’est pas impossible de faire du géotype de substance sociétale fondé sur la coprésence une définition accessible à un élève de tout cycle, contrairement à ce qu’on peut laisser entendre, parfois, en soupirant d’avance que ça l’est. Nous l’avons fait pour l’habiter, sans évacuer néanmoins les débats sur les manières de géographier, loin de là : comment en effet faire avec le constat qu’une telle notion ne signifie pas la même chose dans un lieu ou dans un autre (Philippe Charpentier pour Mayotte), d’une personne à l’autre, et en même temps en faire un concept, en inventer une définition intelligible et valable pour toutes les situations, mobilisable par un individu dans sa pratique réflexive, sa mise en discours en fonction d’une grille de concepts, niveau 2 de l’augmentation de l’expérience pour Michel Lussault ? Mais en même temps, demandons-le nous : ces concepts sont-ils bien utiles si on ne forme pas des géographes, et ne risquons-nous pas au contraire de fournir des grilles de lecture prescriptives de ce que le Monde doit être, de la manière dont il doit s’écrire – de ce que nos spatialités doivent être ?

Je m’interroge donc sur l’éthique de cette géographie que l’on envisage : l’une des questions posées par Alain Pache était « quel rapport géographique devraient avoir les élèves… » (je ne me souviens plus exactement de la question), rapport qui se lisait dans les albums créés par les étudiants de Christophe Meunier dans leurs albums : des couleurs, de l’enthousiasme au rêve de la métropole, puis soudain du gris, du trop dense, de l’inhospitalier. La géographie, à l’heure de l’Anthropocène, doit-elle s’immiscer dans les « éducation à » pour enseigner un certain rapport au Monde, un rapport qu’il faudrait avoir, comme Jacques Lévy, mais cela se discute, a fait de l’urbanité une morale en développant l’idée (que je caricature ici) selon laquelle il faudrait tous habiter en ville ? La géographie de demain aura-t-elle un rôle politique et sera-t-elle à cheval, dans le contexte français, entre l’Education au Développement Durable, l’Education aux Médias et à l’Information, l’Education Morale et Civique, où seront appris les fondements théoriques du vivre-ensemble, du comment-tenir-ensemble-dans-l’espace3 ? Aura-t-elle un rôle prescriptif de ce que la spatialité doit être ? Ou bien sera-t-elle, au contraire, une célébration des spatialités individuelles, des individus-habitants “experts de leurs spatialités” (Muriel Monnard) ou “experts spatiaux” comme les auteurs de la Théorie de la justice spatiale les en remercient4, un espace d’expression libre, de déchaînement de l’être géographique qui sommeille, en lien avec les arts plastiques, dans des cartes mentales ?

Ma dernière remarque porte sur le travail essentiel à conduire avec les bibliothécaires scolaires et professeurs-documentalistes, qui peuvent piloter ces processus de recherche sur soi et sur les autres menés par les élèves, les assister dans la réalisation de ces productions documentaires diverses qui nous ont été montrées, notamment à l’aide des outils numériques collaboratifs qu’ils savent très bien manier. Ils peuvent être également sollicités parce qu’ils savent, eux, ce qu’est une discipline “véhicule”, qui fournit des outils de compréhension du Monde : eux n’enseignent guère les Sciences de l’Information et de la Communication, ni la bibliothéconomie, ni l’informatique, mais interviennent en tant qu’accompagnateurs dans l’apprentissage de compétences qui contribueront à faire d’eux des individus éclairés dans l’usage de l’information, du numérique et de ses machines – du Monde, même, puisque, on l’a vu, la circulation de l’information est une question éminemment géographique.

  1. Patrick Poncet, Intelligence spatiale, PUR, 2017 []
  2. Georges Perec, Espèces d’espaces, 1974 []
  3. Voir, à ce titre, la représentation théâtrale “Faire Monde commun” dirigée par Yann Calbérac et Michel Lussault. []
  4. Jacques Lévy, Ana Póvoas, Jean-Nicolas Fauchille, chez Odile Jacob, 2018 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.