L’acteur, au corps et au cœur : sur l’ambition affichée de le repenser

« Approfondissements de/pour une géographie post-euclidienne » (titre initial)

Je me suis lancée dans l’élaboration de cet article avec l’idée de revenir sur les positions que j’ai pris, dans mon mémoire, par rapport au concept d’acteur. J’ai voulu être méthodique : j’ai tapé « acteur », et j’ai tenté de voir, aux pages où me renvoyait la recherche d’occurrences du terme, dans quel sens et quelles circonstances le terme était mobilisé. Rien de très savant, mais juste assez pour que le point de départ que je m’étais fixé bouge.

Ce serait extrêmement injuste de ma part de dire que le concept d’acteur est utilisé dans mon texte à des fins strictement théoriques alors que l’usage pratique, celui qu’on fait d’un terme à des fins d’accessibilité cognitive, un peu comme dans un index, qui comporte des termes nommés « points d’accès » dans le jargon de la documentation, prédomine. Je distingue de ce fait un grand manque de clarté de ma part sur ce qu’est un acteur et commence à me demander si, au fond, je l’ai jamais su. Je me suis par exemple montrée fidèle, de manière récurrente – trop –, à la manière dont Lévy et Lussault le conceptualisent ; et puis, dans l’introduction du mémoire, on trouve ceci : « nous postulons ainsi que l’espace urbain, qu’on peut reconnaître à la concentration et la densification des réseaux de circulation de l’information – qu’arrivent des demandeurs d’asile, qu’une association d’aide aux migrants vient d’ouvrir, qu’un centre d’accueil va être construit – est un acteur de l’asile comme modèle d’hospitalité. » (p. 20) Qu’est-ce que cela veut dire ? Que l’acteur n’est plus un humain, mais un produit humain ? Si l’usage du terme ne « choque » pas particulièrement ici – d’autant qu’il est mis en italique, manière de reconnaître qu’il est incongru – mais il pourrait prêter, si on remplace le sujet « espace urbain » par un nom de même « nature » (un produit humain), à des confusions et des manipulations risquées. De manière révélatrice, je lui ai souvent préféré le terme de « facteur », plus fourre-tout, qui permet de désigner n’importe quoi tout en restant bien en place dans la terminologie scientifique : après tout, l’acteur est un facteur, au sens systémique…

Ce ne sont pas ces défauts qui me mettent en colère. Je plaide auprès de moi-même l’erreur de jeunesse. Ce qui me déçoit, en revanche, c’est que le terme « acteur » soit employé en son sens classique, qui dénote la conceptualisation dominante de la notion, alors même que je prétendais m’en écarter, ce que j’ai fait en organisant de nombreuses « fuites », toutes esthétiques et moralisatrices pour la plupart, du cadre administratif auquel la charge évocatrice du terme est souvent bornée. L’usage pratique que je fais du mot va à contre courant de son usage à des fins théoriques. Ce qui me console, c’est qu’il désigne en fait souvent la personne interrogée plus que le « lieu » d’intention et de déclenchement des actions institutionnelles. Je crois donc que ma recherche exprime une vision très arrêtée de l’individu comme plus petit échelon référent pour l’étude de l’agir social. De cela, je ne peux pas me rendre compte par une recherche des occurrences du terme, mais par la confrontation du texte avec les résultats de la rétro-introspection qu’a suscité sa relecture.

« Entretien avec S.L., chargée du suivi des capacités DNA1 gérées par l’association Adoma, le 10 mars à 11h, au siège de l’association, rue Cambronne (Paris XVe) Je me suis sentie mal à l’aise et jugée sur mes flottements et mon incertitude. Le dictaphone a cessé de fonctionner, en plus… Je suis sortie abattue de cet entretien, abattue… par la froideur des lieux et des mots, par le tout-réglementaire qu’elle me présentait, par une piqûre de rappel que je ne suis pas, que ce travail n’est pas à la hauteur des enjeux. J’en ai modifié radicalement mon plan, jusqu’à mes projets de vie. S’en est suivie une journée insoutenable et particulièrement infructueuse, à m’interroger sur ce qu’est le contact humain… sur ce qu’est l’accueil. » (Annexes)

Avec la grille utilisée pour l’entretien dont je parle, j’avais choisi de restituer les impressions que j’avais couchées sur le papier en sortant. Le texte d’origine est moins clair dans son « dramatisme » que celui-ci, qui a subi avant sa publication de petites opérations de simplification visant à augmenter la teneur émotionnelle du message. C’était le but : je tenais à ce que l’on voie, quitte à ce que ce soit criard, que mes rapports aux acteurs (aux individus) étaient essentiellement interpersonnels. J’éprouvais, pendant l’enquête, une grande sensibilité aux expressions, aux comportements, aux manières dont chaque personne interrogée produisait le discours que j’attendais d’eux. Sans doute est-ce cette perméabilité qui m’a permis d’être plutôt bonne en matière de traitement et de rassemblement, dans un récit cohérent, des éléments collectés en écoutant parler quelqu’un. Chaque détail, verbalisé ou non, prend une valeur herméneutique énorme à laquelle je consacre une attention à sa mesure : démesurée. J’en oublie parfois de traiter les réponses aux questions posées lors d’entretiens semi-directifs – cela explique aussi que je me pense incapable de conduire une enquête ethnographique. Je n’en tiens pas les rênes ! En entretien, ma disposition d’enquêtrice s’est toujours mise en veille. Je ne suis plus qu’une espèce d’éponge qui s’imprègne, bon gré mal gré, de tous les éléments constitutifs de l’environnement dans lequel je suis prise bien plus que je n’ai prise sur lui.

En le formulant ainsi, je dirais qu’un tel fonctionnement avantage un chercheur. J’oscille cependant entre ce sentiment, développé au cours de la rédaction où je réfléchissais aux manières de justifier les partis pris sans que ces « prises » eussent toujours été conscientes, et la position que je tenais au cours de mon enquête où je m’affligeais de mon propre comportement, impropre, semblait-il, à constituer et à activer un système de données empiriques tel qu’on pouvait l’exiger d’une enquête ethnographique. Il y a ainsi plusieurs niveaux de contorsions : les tentatives répétées, douloureuses, d’adaptation à ce que j’avais identifié comme cadre méthodologique ; la montée au front, offensive, après lecture de travaux sur l’éthique du chercheur qui m’ont servi d’appui dans la composition écrite ; la recherche d’un consensus, distancée, en préparation des rendus finaux et depuis. En se succédant, ils se sont en fait superposés. Leur imbrication explique l’inconstance et le malaise vis-à-vis de l’ethnographie qui s’exprime dans mes travaux peu assurés, en conséquence, dans leur conception de l’acteur toujours en procès d’objectivation au moment de leur réalisation. En essayant d’exprimer dans le texte l’existence de chacun de ces niveaux, je tenais avant tout à « confesser » ce qui avait profondément impacté ma recherche. Cette incertitude, je la ressentais comme une faute. C’était encore au moment où je briguais les premières marches du podium qui menait vers la thèse où l’on m’avait bien fait comprendre que la liberté dans l’enquête se restreignait, à moins de lui trouver une justification externe.

Taper sur les « structures » me semble injuste et injustifié : le recours à l’argument éthique, qui m’a soutenue, au moins en partie, dans l’explication de mes choix, a été cautionné par mes directeurs, pour qui c’était « une bonne chose », si ce n’était déjà un classique, les railleries qu’il subit parfois – conséquence du latourisme ? – en étant la preuve. Moi-même, je ne pouvais m’empêcher de trouver faiblardes les critères selon lesquels on pensait l’éthique et la variabilité des phases d’enquête dans les travaux de recherche : le fait que je sois une « femme » « jeune » aurait pu être invoqué comme facteur de faiblesse face aux acteurs dont je n’aurais eu, par conséquent, qu’une vue brouillée ; je ne crois pas qu’on me l’aurait vraiment reproché, ou alors avec une certaine bienveillance, ce qui ne me rassure pas.

Monter en complexité en mobilisant ces « cases » comme entrées, mais pas comme fin, me paraissait être la meilleure manière d’utiliser ce rapport « chaud » aux acteurs comme tremplin. Mais il s’agissait surtout, dans un premier temps, de masquer derrière une ambition prétentieuse, sachant qu’une telle hargne est souvent jugée « mignonne » de la part d’une jeune chercheuse, les faiblesses de ce premier travail dans lequel je ne pouvais pas avancer tant que je les voyais.

« … pour une proposition théorique. » (p. 97)

            Le concept d’acteur est, dans le mémoire, le seul – avec l’urbanité, peut-être, quoi que ce ne soit pas aussi explicite – qui fasse l’objet d’une proposition théorique propre. S’il faut attendre la page 96 pour qu’elle s’exprime comme telle, je crois, à la relecture de la première partie, qu’elle s’annonce et se construit tout du long. Je remarque – et m’étonne : je ne connaissais même pas Latour et les science studies que leurs influences se faisaient déjà sentir – que dans mes essais de « figuration » des CADA, un soin particulier est accordé à la distinction et l’explicitation des places et des rôles respectifs des « observables » (terme que j’empruntais à un de mes co-directeurs, et que j’aime bien : il permet de ne pas trop s’avancer en disant « objet », ni de partir bille en tête en disant « réalité » ou « chose ») et des « observateurs ». C’est le rapport entre ces deux catégories d’acteurs, d’opérateurs spatiaux, même (« l’observable » en question peut être un acteur associatif ou exerçant au sein d’une collectivité territoriale, par exemple ; « l’observateur », de son côté, est celui qui, par son analyse et dans son discours, dit et du coup transforme « l’actorialité » du premier, donc sa relation à l’espace) qui a fait émerger les réflexions éthiques qui n’ont pas fini de m’habiter. Comme en géomatique, il faut faire en sorte que la transformation soit acceptable ; comme quand on géoréférence une image sans coordonnées géographiques, il faut choisir à quels endroits la nouvelle image, celle qui procède du traitement, tombera juste, et là où la marge d’erreur sera plus grande. Tout cela relève de la responsabilité de l’observateur ; mais elle dépend surtout, parce que sa marge de manœuvre en tant qu’acteur n’est pas plus élevée que celle de l’observable, tout aussi acteur que lui, du contrat passé avec ses observables. Il n’a, pour ma part, été ni réfléchi ni discuté. Les clauses en ont été définies au fil de l’eau.

Cette réflexion, on peut tout à fait la voir comme la matrice de mon mémoire. Tout, en fait, y est affaire d’acteur. C’est, j’allais dire, son sujet même – pourquoi n’y-ai je pas pensé plus tôt quand on me demandait sur quoi portaient mes recherches et que je livrais une espèce de réponse gauche, jamais la même à quelques jours près ? On n’y pense pas parce que ce n’est pas un sujet, dans la mesure où la matrice n’est pas propre à un chercheur. Il n’y a plus rien d’original à être géographe et à parler d’acteurs. L’entrée est même devenue classique dans l’enseignement de la Géographie : « il vous faut réfléchir aux différentes échelles, aux différents acteurs… », voilà le leitmotiv des cours d’aménagement, assurés par un géographe, de L3. « Parler acteurs », cela fait partie des compétences attendues d’un étudiant géographe à la fin de sa Licence. L’acteur, « socle commun », référentiel, compétence élémentaire, assimilée comme norme et utilisée comme telle dès les premiers travaux de recherche. Mais quel étudiant, avant le doctorat et les quelques lignes scolaires d’ouverture en conclusion mises à part, se pose la question de ce que signifie et implique l’activation du concept dans l’écriture de la recherche entreprise ?

Ma « proposition théorique » page 97 n’a rien d’assertif ou de confiant. Elle n’est pas de l’ordre de la déviance organisée vis-à-vis d’une « école » qu’on aurait jugée intellectuellement apathique. C’est plutôt la manifestation d’une méfiance vis-à-vis des « terminologies systématiques » : le jargon, par exemple – de celui-là je me méfie moins, visiblement – et les termes trop souvent revenus dans les démonstrations, au cours de conversations tout à fait ordinaires le plus souvent, de la « rhétorique du géographe ». Chaque niveau de progression dans la discipline et, plus largement, dans l’enseignement, avec une intensification dans l’enseignement supérieur, a son « bagage » de termes imposés : en géographie, en Licence, les échelles, les acteurs, les territoires, dans le cadre d’une formation en vue de l’obtention d’un diplôme rebaptisé « Géographie et Aménagement ». Quand j’étais en hypokhâgne et que je découvrais la Géographie, l’un de ces termes à connaître et à savoir mobiliser dans un raisonnement était « ségrégation » ; je me souviens parfaitement de la khôlle où j’ai été aux prises avec lui, lui dont j’ai livré une définition qui m’était venue spontanément, mais pour laquelle l’examinatrice m’avait tout bonnement interrompue, donnée une « leçon sur la ségrégation » puis consolée quand elle m’a vu m’effondrer, honteuse de m’être ainsi « couverte de ridicule ». Si j’avais eu plus de distance à ce moment-là de ma scolarité, je n’en aurais pas tiré cette trouille du jugement – de ne pas tomber juste, en fait – qui me pousse à me méfier des totalitarismes terminologiques qui m’ont fait un jour proposer une définition de la ségrégation dont je regrette de ne pas me souvenir du contenu. Et si le terme d’« acteur » était, comme « ségrégation », un agent (et un agi !) de ces totalitarismes ? En faisant une « proposition théorique », j’entendais éviter cet écueil dans lequel j’avais déjà foncé et que, à force de paranoïa, je m’étais mise à voir partout.

Tout l’inconvénient de cette distanciation, systématique elle aussi, vis-à-vis du mot « acteur » comme de tant d’autres, c’est de menacer, me semble-t-il, l’accessibilité du texte. Plus on veut préciser et expliciter le sens de l’emploi de chaque mot dans un contexte donné – observable, observateur – plus on risque de perdre un lecteur dans les méandres d’un simple mot dont il ne perçoit pas nécessairement la complexité que j’y vois.

Je réalise que j’ai complètement oublié de parler de la proposition théorique. De la distanciation affichée – et dont je donne l’impression dans le texte précédent qu’elle l’emporte – vient un nouvel engagement : un engagement à ce que la spatialité (qui donne une approche centrée sur l’agent, qu’il soit objet ou acteur) prime sur l’espace (qui donne une approche plus centrée sur la forme, appréhendable empiriquement et objectivement – par la carte ou le modèle, par exemple –, que prend la spatialité de ces agents).

Le néologisme « chorogène » exprime ce positionnement en faveur d’une certaine pratique de la géographie. Ce mot, franchement jargonneux, est le fruit d’un emprunt à Augustin Berque, dont la Poétique de la Terre ((Augustin BERQUE, 2014, Poétique de la Terre, Belin.)) consacre plusieurs pages à la distinction essentielle entre topos et chôra. Chôra qu’on retrouve aussi chez Derrida, dans le petit Khôra2 qui, je l’avoue, ne m’a pas beaucoup aidée.

Si le terme n’est présent qu’à de rares occasions dans le mémoire, j’ai commencé à vraiment y voir un sens au moment de la soutenance. « Les centres d’accueil sont chorogènes, surtout pour l’observateur » : je crois que c’est quelque chose comme cela que j’ai dit. La « chorogénèse », c’est le processus par lequel émergent, se construisent et se confirment en tant que positions, les spatialités individuelles. Tentons de le dire autrement, sans chichi de « spatialité » : c’est ce qui donne lieu à un certain rapport à ce qu’on perçoit comme spatial. Bref, dans le cas de « l’observateur », le chercheur, à une certaine manière de construire la géographicité de son objet de recherche, et peut-être de participer à sa spatialité.

Tous mes écrits de l’été, post-mémoire, sans le mentionner – peut-être parce qu’il a eu plus de portée à l’oral que dans les textes – en portent l’influence. Chacun en livre cependant une interprétation différente :

  • Dans le texte traitant de l’idée de « dérangement », terme que j’ai dû utiliser une fois ou deux dans le mémoire et au sujet duquel un des jurés m’avait interrogée, la chorogénèse détermine au moins en partie l’agir et le comportement social. Mais on mobilise moins le processus que le résultat de ce processus, qui n’est autre que la spatialité humaine. Bref, « chorogène » n’apporte rien. Il n’est pas dans le texte – tant mieux.
  • La chorogénèse apparaît, dans un autre texte qui interroge le sens d’« espace », comme un principe actif de l’existence l’humaine. Si c’est l’existence humaine qui donne lieu à l’espace, comme phénomène et comme concept, alors elle ne peut être que le seul principe de réalité de l’espace.

La chorogénèse désigne, du coup, la construction de l’espace humain par les géographes qui s’y intéressent : non seulement ils expriment, en écrivant, leur propre relation à et leur propre interprétation de ce qu’est (dit être) l’espace et, du coup, contribuent à le construire, littérairement et, dans certains cas, littéralement. Au bout de la chorogénèse, il y a bien la spatialité. Mais le fait intéresse moins que le processus. Qu’on s’entende bien : on travaille beaucoup sur les processus par lesquels les choses prennent forme spatiale – mais on s’interroge peu, me semble-t-il, sur la manière dont ce qui fait qu’une spatialité individuelle est ce qu’elle est. Il y a un terrain de jeu immense à investir. Et le terme chôra a un autre avantage : se rapprocher de la définition de l’espace admise dans la Géographie la plus contemporaine – la plus accordée, je veux dire, avec les autres sciences sociales, qui est aussi celle qui pénètre de plus en plus l’enseignement de la géographie – tout en laissant ouverte la possibilité qu’il existe d’autres types de relations au monde que celle qui est ainsi formalisée.

Mais les propositions théoriques m’effraient, parce que je crains qu’elles ne perpétuent un « totalitarisme cognitif », d’abord, et parce que je crains leur réception. Je n’ai soumis aucun de ces textes. J’ai toujours voulu les garder pour moi, comme j’en ai placé d’autres en encadrés dans mon mémoire, pour bien dire qu’il s’agissait d’un niveau du raisonnement d’où je ne parlais pas au moment de rédiger le mémoire. C’est pourquoi aujourd’hui encore je choisis de ne pas les placer dans le corps du texte…

Paris, novembre 2016 ;
Chambéry, février 2017.

  1. Dispositif National d’Accueil, dont font partie les CADA gérés par cette association []
  2. Jacques DERRIDA, 1993, Khôra, Galilée. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *