Paroles sur paroles (1)

« J’ai des scrupules à nommer mon travail « mémoire de recherche » : déjà l’année dernière, c’était « mémoires de recherche », là c’est « recherches » au pluriel… Pourquoi on ne se contente pas, une fois encore, d’une appellation classique ? Le titre peut faire peur, avec son néologisme et sa largeur, et pourtant…

Ce n’est, au fond, qu’un mémoire de pré-chercheur (il se prépare à chercher) qui se demande quels dispositifs il va pouvoir mettre en œuvre pour traiter les problèmes que lui posent les centres d’accueil s’il venait effectivement à faire de la recherche sur ces objets. Pour cela, il met lui-même en pratique des dispositifs, dans les limites de ses capacités et de ses compétences – et de ses intérêts : pour la Géographie, entre autres, comme c’est dit dans l’avant-propos, mais aussi pour d’autres choses qui peuvent apporter à la Géographie. Le but est moins de résoudre des problèmes que de montrer que ces problèmes sont pertinents… en envisageant que ces dispositifs (de monstration des problèmes) puissent faire l’objet de discussions, de débats.

Les problèmes, s’ils sont multiples, se rejoignent assez bien dans une question élémentaire, qui constitue, au fond, la synthèse des problèmes identifiés au cours du travail de M1 intitulé Hospitalités. Expériences urbaines à l’heure de l’accueil des « réfugiés », soutenu en juin 2016, et qui en prolonge et en étaye les hypothèses : qu’est-ce qu’un centre d’accueil ?

La question est intéressante à poser dans le cadre d’une étude de géographie non tant parce qu’il semble qu’ils puissent être légitimement abordés comme espaces pour être des portions d’étendue, mais parce que leur nom constitue un mot descripteur d’une situation spatiale à accessibilité cognitive forte – du point de vue des représentations, mais pas de l’essence de la chose, bien sûr. On se situe dans le domaine de l’existence des réalités : on s’interroge à la fois sur un mode d’existence, l’espace, et sur les modalités de l’existence dans ce mode. On se demande, au fond, comment ils font lieu : est-ce leur forme, leur statut, leur population ? Plusieurs options sont possibles, dont celle, légitime puisque dans le terme « centre d’accueil » l’accueil constitue la fonction du lieu, des pratiques associées à ce lieu. On finit donc par se demander qu’est-ce qui (et qui) participe de leur construction. On peut émettre, là aussi, plusieurs propositions : la configuration actuelle (« l’heure de l’accueil des réfugiés » : comment la décrire ?) pousse à faire l’hypothèse que les maîtres d’ouvrage et les maîtres d’œuvre des centres d’accueil sont, parce qu’ils font objet de société dans la mesure où ils s’intègrent dans les débats sur l’hospitalité et l’accueil, plus divers qu’on le croit, et se situent à plusieurs échelles. Ici, l’interrogation porte surtout sur le rôle du chercheur en tant qu’acteur social, d’où les recherches entreprises sur le terrain de l’université. Je questionne et montre la complexité de la topogénèse d’un géotype (pris à plusieurs échelles, jusqu’au géon en dernière partie), comme on le ferait pour n’importe quelle autre classe d’objets spatiaux. Nous avons donc affaire à un vrai problème cognitif parce que le fait de concevoir le centre d’accueil comme lieu semble poser problème au géographe.

Deux autres problèmes en découlent directement et concernent tout aussi directement le chercheur : on peut les dissocier en problème méthodologique et en problème éthique – mais ce n’est pas obligé, si ce n’est du point de vue d’une « spécificité scientifique » donnée au premier (et la limite entre les deux est très questionnée, déjouée dans le mémoire, qui traite d’un sujet qui fait problème dans les sociétés et pas que pour les chercheurs). Au fond, on s’est demandé ceci : si la Géographie est, au moins en partie, la science des lieux, que peut-elle faire de leur géographie ? Comment « géographier » sur les centres d’accueil sachant que, là aussi, la configuration du champ de recherche sur les centres d’accueil permet de dire que ce qui a été fait n’y contribue que partiellement à en faire des objets géographiques ? Comment « géographier juste » ? Voilà qui est plus compliqué que de faire une « simple géographie », avec un assemblage un peu aléatoire (car toujours justifiable) de notions, de terrains, de méthodes… au-delà de la géographie théorique, pour intéresser aussi les « justiciers » (qu’on critique acerbement alors que la question de la justice est celle qui s’est révélée nous préoccuper le plus). On se demande si on rend compte du réel (justesse, « justisse » envers le réel), bref, si on fait de la science. C’est à la fois un horizon (une « exigence scientifique », un principe) et une problématique de recherche – de pré-recherche !

Les dispositifs, maintenant : ils n’ont rien de spécifique en soi. Ils s’inspirent des pratiques de la Géographie, mais aussi de la Documentation (bref, n’invente aucune manière de chercher). Si dans ces dispositifs on prend en compte ce qui dépasse la stricte méthodologie d’enquête, on peut en arriver à une tripartition simple (qui rappelle les trois fonctions d’un document, manière de dire que ce mémoire en est un classique, mais surtout qu’il est un !). La pratique de l’état de l’art (auquel le mémoire consacre l’essentiel de ses pages, en proposant de regarder ce qui a déjà été fait dans plusieurs des domaines de recherche qu’il aborde : la réflexivité, mais aussi l’accueil, l’hospitalité qui en est différenciée et enfin les centres d’accueil en tant qu’objets de recherche) enseigne néanmoins qu’il existe des générations de dispositifs, et il faut savoir placer les nôtres dans cette généalogie. Nos dispositifs à nous sont, on va dire, pré-épistémiques : solutions pour chercher des solutions, c’est-à-dire pour donner naissance à une nouvelle génération de dispositifs. Ceux-ci sont moins utiles aux centres d’accueil qu’aux chercheurs sur les centres d’accueil : ils consistent moins à trouver des solutions (ce sont les majoritaires en ce qui concerne les centres d’accueil : on veut améliorer le quotidien des demandeurs d’asile, en faisant réagir, en le reflétant, ou en cherchant des manières d’éviter ou de remédier à des « crises ») qu’à montrer la légitimité de ces questions et celle de leur intégration dans un travail de recherche. Pour cela, on met donc en œuvre :

  1. Une recherche, sur plusieurs « terrains » : dans mon vocabulaire, il faut entendre « terrain » comme un dispositif (alliance de référents/références (théoriques), de méthodes et d’observables) permettant de réaliser l’enquête. Attention : le terrain ainsi présenté n’est pas spécifique à la discipline géographie, qui exigerait qu’on rajoute la dimension spatiale. On parle ici de la recherche au sens large : tout chercheur a un terrain quelle que soit sa discipline…
  2. Le mémoire mène l’enquête dans l’optique de pouvoir faire des propositions d’angles d’attaque, c’est-à-dire à donner des exemples de configuration de référents/références, de méthodes et d’observables appuyées sur nos expériences de terrains (au pluriel, pour inclure l’expérience non géographique de l’état de l’art, l’ensemble des œuvres consultées constituant un terrain à part entière pour d’autres disciplines), notre « expérience géographique totale » des CA : ce pourraient être des pistes à suivre dans le cadre d’une thèse. Il n’en choisit pas un – s’il le fait, c’est à titre suggestif, indicatif, expérimental. Il n’hésite pas, ainsi, à montrer les insuffisances respectives de ces options. Ce sont donc des dispositifs d’ouverture qui se font jour : on y envisage une nouvelle génération de dispositifs…
  3. Ce qui permet de faire tout ça, c’est évidemment le plan du mémoire (macro-dispositif) et les hors-textes (micro-dispositifs). Cela en fait une recherche en tension entre deux pôles : démonstrative, d’une part, puisqu’elle met en pratique certaines choses qu’elle suggère : entre autres, le plan par échelles, et à l’intérieur, la pratique de terrain, et notamment l’essai de comparaison des lieux d’accueil et des centres d’accueil. Elle cherche à vérifier quelques hypothèses : celle de la reconnaissance des centres d’accueil comme lieux d’accueil, qui ont cette fonction parce qu’ils fonctionnent ainsi. Monstrative, d’autre part, car elle indique qu’il reste des choses à faire. Ce sont les hypothèses qu’elle ne vérifie pas, mais qu’elle émet en réponse aux limites des dispositifs mis en œuvre, qui posent de nouvelles questions. C’est donc la pratique d’écriture qui permet d’allier les deux : d’où l’importance, de moins en moins négligée cela dit à l’heure où on reconnaît, avec Debray notamment, l’importance du medium, du dispositif de restitution (qu’incarne entre autres le plan). Elle est d’autant plus importante qu’elle constitue aussi un dispositif d’ouverture, car c’est par elle qu’on communique à l’autre l’envie de continuer à chercher, et un dispositif d’enquête : c’est sans doute pour cela qu’on a passé beaucoup de temps à écrire. Le temps de la recherche se superpose assez bien au temps de l’écriture… Cela ne revient pas à affirmer que la Géographie est simplement une pratique d’écriture, comme l’a déclaré Lussault en octobre dernier lors d’une séance à des étudiants de M2 Recherche ouverte au public – difficile de la limiter à ça, d’ailleurs, dans la mesure où lui-même s’appuie sur des expériences de terrain, donc sur des moments où on n’écrit pas ! Enfin, cela conforte toujours l’idée selon laquelle ce mémoire est bien un mémoire de Géographie…
  4. Si l’écriture est importante dans le dispositif de restitution, il faut prendre le temps de la présenter : elle est certes faite de micro-écriture, soit d’alternance entre plusieurs modes : affirmatifs, interrogatifs… et plusieurs temps : présent (« on constate que », écriture assertorique) et futur, dans les hors-texte. Mais il existe aussi de la macro-écriture : le dispositif de restitution s’incarne, entre autres, dans le plan, classique, en trois parties, thématiques et pragmatiques, dont les divisions correspondent à des pratiques de recherche différentes autour d’un même sujet, des manières (des configurations) différentes d’en faire un terrain. . . .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.