Précis de méthodologie ou quelques axiomes prétentieux

Je m’aperçois que, sur ce blog censé mettre en œuvre une méthode et par là faire œuvre de science, je n’ai jamais vraiment parlé de méthode, si ce n’est sur un mode revendicatif, injonctif, flou surtout. Le lecteur pouvait la subodorer dans le deuxième article, qui portait mon premier mémoire de recherche au statut de document-source, sur lequel seraient consignées les informations que je n’avais qu’à extraire d’entre les lignes pour constituer un autre corpus – un méta-corpus. Pour ce troisième stade, une autre source s’est ajoutée : le second mémoire. Le choix de la source est une étape méthodologique que je pense justifiée à ce stade. Mais rien, toujours rien n’indique quelle est la procédure suivie pour, d’abord, sélectionner les informations pertinentes, puis les ordonner en un tout cohérent, et enfin réécrire leur histoire sur un mode énonciatif neuf – et d’ailleurs, d’où sort-il ? Comment réécrire l’écrit quand nous sommes nous-mêmes l’écrivain ? Et enfin, problème final : quelle méthode pour ce qui prétend être déjà une méthode ? La saucissonner en infra-méthodes est-il possible ?

Je tiens à organiser mon propos en parties ; je voudrais renouer avec la science et me montrer digne de ce carnet de recherches qui en théorie en relève. Ai-je fait preuve de science jusqu’ici sans cela ? Peut-être pas. Vais-je rendre mon carnet plus « scientifique » en le faisant ? Peut-être pas non plus – mais c’est une expérience. Ces questions posées, j’aborderai en premier lieu la procédure de choix du thème abordé, avant de traiter des modalités de la lecture pratiquée en vue de l’extraction d’informations contribuant à le développer et qui serviront de piliers au nouveau récit. J’y viendrai ensuite, en tentant d’expliquer comment écrire, comment dé- puis retisser… une fois le tout ratissé.

Anamnèse, mémoire de l’oubli, étude de l’infra-ordinaire : des noms pour un premier travail cognitif et affectif

On ne va pas se mentir : le premier acte fort, inaugural et séminal de la procédure, est de se replonger dans le document produit et sur lequel on a décidé de s’appuyer. Cela demande un effort immense, car il transpire encore notre propre sueur. Relire un travail effectué fait, souvent, plus de mal que de bien. C’est précisément pour cela que la plupart des démarches réflexives consistent en la critique (au sens commun du terme : une forme de distanciation frileuse et méfiante vis-à-vis de ce passé douloureux) de ses propres œuvres, ou, au contraire, en une justification tous azimuts d’un acte ou d’un mot qu’au fond de nous nous savons inadapté ou incorrect. Le défi est bel et bien de relire son document avec une distance bienveillante – car toutes les distances ne sont pas négatives, loin s’en faut. Je propose au contraire d’autoriser à jaillir les rétroactions positives dans le système de communication qui s’établit entre moi et le document. Ecrivez tout ce qui vous vient, ce qui vous vient étant ce qui convoque un troisième actant : le souvenir.

Le sémiologue Emmanuël Souchier, dans un article de la fin des années 1990, milite « pour une poétique de l’infra-ordinaire », Perec et son Infra-ordinaire à l’appui. La documentaliste Louise Merzeau écrivait, elle, qu’il n’y avait « pas de mémoire sans une pensée de l’oubli ». Le thème défini procède de cette technique intellectuelle consistant à percevoir, en quelque sorte, la manière dont les connexions neuronales s’effectuent et s’organisent pour recueillir le produit qui en découle. Comme un plan jaillit logiquement d’une problématique bien construite en composition, la tournure explicative du nouveau texte s’invente au moment où le thème apparaît en un nom propre. A titre d’exemple, voici quelques questions que je me pose : quel est le lien entre ce que je lis au hasard et l’image qui me vient en tête au moment où je le lis ? Quelle procédure ai-je appliqué pour produire ce contenu, qui doit être hautement signifiant puisqu’il éveille en moi des souvenirs, mais sans que je puisse définir rigoureusement la qualité du lien qui les y unit ? Qu’est-ce qui, dans le présent révolu, ne s’est pas inscrit dans mon esprit au point qu’il ne se déploie que dans un espace-temps imperceptible, car trop rapide, autant qu’un nerf transmet un message au corps ? Comment redéfinir le rythme de l’épisode de production de ce contenu pour que mon cerveau le saisisse ?

Le thème, c’est un des éléments ayant échappé à l’ancien présent de mon esprit – ou au présent ancien, puisqu’il n’a jamais été aussi présent qu’au moment où il vient à ré-exister sous une seconde forme mettant en abyme la première. Ce thème orientera la lecture qu’on effectuera du document desquels nous n’avons, pour l’instant, extrait que des images mentales. Commencer à réfléchir, c’est ressusciter l’oubli – qui n’est pas, il faut le rappeler, un oubli regrettable, mais simplement la marque de la puissance d’un cerveau présentiste. Il faut donc surtout prêter attention, dans une lecture survolante, à tout ce que nous négligerions si la lecture était plus… sérieuse.

La lecture documentaire à l’usage des chercheurs d’ors

Par opposition à la lecture exhaustive, « la tête dans le guidon », comme on dit, la lecture documentaire consiste à promener ses yeux sur le texte dans la direction d’un objectif précis : trouver, dans le document, l’information pertinente par rapport à mon thème. C’est, en gros, viser l’extraction de termes, d’expressions, de phrases qui vont servir de preuves à l’appui de mon raisonnement et du document secondaire que je produirai ensuite. C’est rien moins qu’une pratique de terrain : il s’agit bel et bien d’une démarche empirique appliquée à un texte. Il s’agit de se documenter – sur ses propres produits. On se rapproche de la proposition de Patrick Boucheron dans sa postface à l’égo-histoire de Georges Duby : « Si les débats autour de l’ego-histoire se sont généralement focalisés sur la saisie historique de la subjectivité, rares sont ceux qui ont abordé le point crucial du recours à l’archive. Or la redéfinition du rapport épistémologique entre l’historien et la production documentaire fut bien la grande affaire de la décennie suivante. […] Aucun ne s’est risqué à livrer autre chose que des souvenirs. […] Aucun ne faisait vraiment son métier en se racontant. Dès lors, la question se déplace : savoir si l’on peut devenir historien de soi-même revient préalablement à se demander comment l’on se fait archiviste de sa propre vie. » (p. 123). Je fais donc peut-être bel et bien un métier de chercheur en pratiquant « la documentation de soi » que suggérait le chercheur en Sciences de l’Information et de la Communication Olivier Le Deuff.

Textus novus.

« Les sillons de l’espace où fermentent des mondes » Leconte de Lisle

C’est dans la distance, générée ou augmentée par les pratiques décrites ci-dessus, par rapport à la source primaire qu’émerge le nouveau texte, celui qui traduit l’archive. On bascule donc d’une pratique de lecture à une pratique d’écriture, une écriture cosmogénétique, produisant un monde cohérent à partir d’éléments épars, à la fois idéels et matériels, qui reliés forment un système fonctionnel. Il s’agit simplement de le rendre explicite. Je voudrais proposer trois axiomes pour comprendre ce que j’attends, personnellement, d’un texte réflexif :

  • Ecrire de façon réflexive, c’est déjà, me semble-t-il, oser le « je ». Ce qu’on veut, c’est précisément montrer qui est ce « « je » tapi derrière le « nous » » de notre document primaire. Etant nôtre, c’est la moindre des choses que de l’assumer.
  • Ecrire de façon réflexive n’est pas exactement écrire de façon rétrospective. Certes, le regard se balade dans l’ancien présent et importe un peu de l’ancien dans le présent en faisant remonter à la surface des souvenirs – et des souvenirs d’oubli. Le texte réflexif est en partie seulement un mémorial. Mais, comme les discours qui y sont souvent prononcés, il construit ou consolide les bases d’un nouveau départ. Il y a du prospectif dans le réflexif – il y a une projection de soi ou des autres en train de décentrer le regard de ce qui toujours/déjà se fait.
  • Ecrire de façon réflexive n’est pas non plus écrire de manière introspective. L’utilisation du « je » ne doit pas biaiser en ce sens. Le texte réflexif porte sur un document, et non sur une personne. Il ne commente pas une vie, mais un travail. Il n’a pas de visée autobiographique. Il s’agit d’interroger le texte et ce qui en vient, mais non d’étudier les conditions de production de ce texte. On sait suffisamment replacer les choses dans leur contexte – tarte à la crème académique, héritage de la pensée critique des générations intellectuelles depuis 1968 au moins – pour se passer de rappels méthodologiques. Au bout du compte, le texte réflexif est peut-être tout le contraire d’une démarche introspective. Il est bien question de regarder ce qui est sorti de nous – extra-spection, extraversion. Phénoménologie, peut-être. Et à l’œil qui s’étonne de ce qu’il n’a pas vu, l’infra- devient l’extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.